En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

J. Geils Band

Groupe américain de rock formé en 1967 à Boston, Massachusetts, par Jerome Geils (guitare), Peter Wolf (chant), « Magic Dick » Salwitz (harmonica), Danny Klein (basse), Seth Justman (claviers) et Stephen Jo Bladd (batterie).

Réputés comme « les mauvais garçons de Boston », les membres du J. Geils Band vont en 1967, au moment même où leurs contemporains s'engouffrent dans le psychédélisme, mélanger le blues, le rhythm and blues et le doo-wop avec un romantisme brutal. Bien que leur premier album éponyme, constitué principalement de reprises (John Lee Hooker, Otis Rush), passe inaperçu, ils parcourent les États-Unis et décrochent peu à peu quelques Top 40 (Looking For A Love, Give It To Me, Must Of Got It …) grâce au charisme de Peter Wolf (ancien D.J. et mari de Faye Dunaway) et à l'énergie débridée de leurs concerts. En 1973, Bloodshot, disque d'or, prouve une fois pour toutes qu'ils ne sont pas seulement la réplique américaine des Rolling Stones (dont ils ont plusieurs fois effectué la première partie). Leur aptitude à conserver la teneur des différents styles qu'ils combinent leur permet de s'imposer comme un groupe majeur des années 1970. Il faut néanmoins attendre les années 1980, et surtout le multi-platine Freeze Frame (1981) et le hit international Centrefold (№ 1 aux États-Unis en 1982), pour que les ventes soient réellement imposantes. En 1984, Peter Wolf s'éclipse pour une carrière solo rock/pop relativement réussie, mais éphémère. Le groupe se sépare peu après. En 1993, Geils et Dick Salwitz (dit « Magic Dick ») réapparaissent au sein du groupe Bluestime, qui, un an plus tard, sort un disque de reprises de standards.