En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Canned Heat

Groupe américain de rock et de blues formé en 1965 à Los Angeles par Alan Wilson, mort en 1970, (chant, guitare, harmonica), Bob Hite, mort en 1981, (chant), Henry Vestine (guitare) et Franck Cook, remplacé en 1968 par Adolfo De La Parra (batterie), rejoints par Larry Taylor (basse).

Canned Heat (approximativement « chaleur en boîte » ou « tord-boyaux ») est l'équivalent américain des Bluesbrakers anglais de John Mayall. Des jeunes Blancs fascinés par le blues, au point d'en faire le substrat d'un rock magique et envoûtant.

L'histoire commence quand la « chouette aveugle » — ainsi surnommé à cause de ses grosses lunettes — Wilson (qui avait déjà accompagné à l'harmonica le grand bluesman Son House) rencontre « l'ours » — du fait de sa corpulence — Hite. Ils sont bientôt rejoints par Vestine, un ancien Mothers Of Invention de Zappa, et choisissent le nom de leur groupe en référence à un blues de Tommy Johnson, datant de 1928. Après plusieurs essais, Larry Taylor, ancien accompagnateur de Jerry Lee Lewis et des Monkees, viendra tenir la basse. Leur premier album éponyme, en 1967, reprend des classiques du blues (Dust My Broom ou Bullfrog Blues), mais c'est l'année suivante avec leur deuxième disque, Boogie With Canned Heat, que le succès vient, notamment grâce à leur reprise du standard de Jim Hoden, On The Road Again. L'intro lancinante du morceau et la voix aiguë, faussement naïve, de Wilson imposent la chanson des deux côtés de l'Atlantique.

Leur plus gros hit viendra cependant en 1969 : Goin'Up The Country (une adaptation du Bulldoze Blues de Henry Thomas). Le côté guilleret de la chanson, son message retour-à-la-nature préécologiste, bien en phase avec le mouvement hippie alors à son apogée, en font un des airs fétiches du Festival de Woodstock, auquel le groupe participe (la chanson sert également au générique du film). Entre-temps, leur album live, Living The Blues (1968), enregistré avec John Mayall et Dr John, impose définitivement leur talent (notamment avec le morceau Parthenogenesis, qui ne dure pas moins de dix-neuf minutes).

Indestructible. Mais la machine s'enraie. Wilson, épuisé par les tournées et la drogue, se suicide en septembre 1970. Après la sortie en 1971 de l'album enregistré en mai 1970 avec John Lee Hooker, Hooker N'Heat, le personnel se modifie (le bassiste part rejoindre John Mayall, et est finalement remplacé par le propre frère de Hite). Cela n'empêche pas Canned Heat de poursuivre sa route, même après la mort par crise cardiaque, en avril 1981, du falstaffien Hite.

En 1989, le groupe, où figurent à nouveau Taylor et De La Parra, sort l'intéressant Re-heated et poursuit, depuis, une carrière lucrative.