En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Abba

Groupe suédois de pop fondé en 1972 par Benny Andersson (claviers, chant), Bjorn Ulvaeus (guitare, chant), Agnetha Faltskog (chant) et Anni-Frid, dite Frida Lyngstad (chant).

En 1966, Benny Andersson et Bjorn Ulvaeus, deux éminentes figures de la scène folk-pop suédoise décident d'unir leurs talents pour écrire des chansons. Ils s'installent à Stockholm en 1969, jouant en duo sous le nom de Hootenanny Singers. C'est là qu'Andersson se lie avec la jeune chanteuse vedette de la version locale de Jesus Christ Superstar, Agnetha Faltskog, tandis qu'Ulvaeus se fiance à une orpheline norvégienne, Frida Lyngstad, elle aussi déjà une professionnelle de la chanson. Après quelques essais infructueux, les quatre enregistrent ensemble en 1972 un single sous l'appellation Bjorn, Benny, Agnetha & Frida, People Need Love. Le titre fait mouche. Le groupe simplifie son nom en Abba (les initiales des quatre membres), non sans avoir eu à négocier son utilisation avec la plus grande entreprise de conserves de poissons du pays, également nommée Abba.

En 1973, Abba propose Ring Ring pour représenter la Suède au concours de l'Eurovision. Le titre n'est pas retenu, mais il prend d'assaut les hit-parades européens, en suédois pour la Scandinavie, en anglais ailleurs. L'année suivante, Waterloo triomphe à l'Eurovision et atteint la première place des charts anglais. Pendant près de dix ans, au pays de la pop, les Suédois seront rois. Et, tandis que les tubes se succèdent à une cadence infernale à travers toute l'Europe (Fernando, Money, Money, Money, Knowing Me, Knowing You …), l'Amérique succombe à son tour au chant des sirènes Agnetha et Frida lorsque Dancing Queen devient № 1 en avril 1977. En Australie, leur popularité prend une dimension telle qu'une véritable Abbamania déferle sur le pays. En Suède, le groupe est l'entreprise qui rapporte le plus de devises, devançant même Volvo.

Traversant les modes et les courants, Abba alterne ballades pop et rengaines disco avec une déconcertante aisance. En 1983, les premiers signes de lassitude, du public mais surtout du groupe, se font sentir. Abba, dont la force résidait, au-delà des chansons, dans l'étroite relation qui liait les deux couples, ne résiste pas à l'éclatement des deux mariages. Le groupe n'a jamais officiellement annoncé sa séparation. Mais, depuis, les fans doivent se contenter d'albums solo de Frida ou d'Agnetha et de traquer les chansons de Benny et Bjorn dans les comédies musicales qu'ils composent (Chess, The Immigrants).

Abba a incarné la variété internationale dans toute sa splendeur pour les uns, dans toute son horreur pour les autres. Avec ses deux couples permanentés, habillés comme des stars du samedi soir dans leurs salopettes moulantes et leurs robes en strass, le quatuor suédois a offert au monde entier un monument de kitsch, le premier sitcom musical. Mais, surtout, un chapelet de perles pop qui témoigne du génie d'arrangeurs, de producteurs et simplement d'auteurs d'Andersson et Ulvaeus, reconnus aujourd'hui comme des Lennon-McCartney venus du froid.