En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Sentiers de la gloire

Paths of Glory

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des films ».

Film de guerre de Stanley Kubrick, avec Kirk Douglas (colonel Dax), Adolphe Menjou (général Broulard), George Macready (général Mireau), Joe Turkel (Arnaud), Ralph Meeker (Paris), Timothy Carey (Ferol).

  • Scénario : Stanley Kubrick, Jim Thompson, Calder Willingham, d'après le roman de Humphrey Cobb
  • Photographie : George Krause
  • Décor : Ludwig Reiber
  • Musique : Gerald Fried
  • Montage : Eva Kroll
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1958
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 1 h 26

Résumé

En 1916 sur le front, Mireau, un général carriériste, veut obliger ses hommes, malgré l'opposition du colonel Dax, à prendre une position très difficile que tiennent les Allemands. L'offensive échoue. Mireau fait passer en conseil de guerre trois soldats qui seront fusillés pour l'exemple.

Commentaire

Ce film s'inspirant de faits réels survenus dans l'armée française fut interdit dans notre pays pendant 18 ans. Sa dénonciation de la guerre et de ses absurdes machinations y est sincère mais moins humaniste qu'on ne l'a dit. Le regard de Kubrick est moins « généreux » que celui de Renoir dans la Grande Illusion et la réaction du colonel Dax à la fin, faisant retarder l'annonce d'une attaque, devant le spectacle de ses hommes épuisés, qui pleurent en écoutant une jeune fille chanter un air allemand, est aussi bien un geste de pitié que l'expression d'un mépris pour des sentimentalistes qui n'ont rien fait pour sauver leurs camarades. Les travellings arrière dans les tranchées inaugurent une des figures de style préférées de Kubrick où l'espace est tout à la fois « conquis » par le regard et la marche tandis qu'il « enferme » dans sa structure celui qui le domine. S'y affirme aussi un thème qui parcourt son œuvre : une volonté de puissance qui en échouant conduit à l'autodestruction et en s'affirmant y conduit aussi, car elle est absolue et se prend pour cible une fois qu'elle a anéanti son adversaire.