En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Quatre Filles du docteur March

Little Women

Drame de George Cukor, avec Katharine Hepburn (Jo March), Joan Bennett (Amy March), Paul Lukas (Fritz Bhaer), Frances Dee (Meg March), Jean Parker (Beth March), Edna May Oliver (tante March), Douglas Montgomery (Laurie), Henry Stephenson (Mr Laurence), Spring Byington (Marmee/Mrs. March), Samuel S. Hinds (Mr March).

  • Scénario : Sarah Y. Mason, Victor Heerman, d'après le roman de Louisa May Alcott
  • Photographie : Henry Gerrard
  • Décor : Van Nest Polglase
  • Musique : Max Steiner
  • Montage : Jack Kitchin
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1933
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 1 h 47 (durée originale 1 h 55)
  • Prix : Oscar du meilleur scénario 1933

Résumé

En l'absence de leur père, à l'époque de la guerre civile, les quatre filles du docteur March grandissent auprès de leur mère. Fière et indépendante, Jo veut écrire. Elle part pour New York et rompt avec Laurie, qui épouse sa sœur Amy. Jo s'éveille à la vie sous l'égide du Pr Bhaer. Elle revient auprès de sa sœur Beth, mourante. Mr March rentre de la guerre, et Bhaer vient rejoindre Jo.

Commentaire

Grâce à une atmosphère minutieusement reconstituée et à une interprétation délicatement contrôlée, Cukor évite la mièvrerie que pouvait faire craindre l'adaptation d'un tel sujet. Couvé par David O. Selznick, le projet fut repris par le producteur Merian Cooper lorsque Selznick quitta la R.K.O. Ce dernier dut en concevoir quelque amertume (le film fut un triomphe), puisqu'il en prépara lui-même un remake dans les années 1940. Mais c'est la M.G.M. qui produisit en 1948 la nouvelle (et troisième) version des Quatre Filles du docteur March, sous la direction de Mervyn Leroy. Celui-ci tomba dans tous les pièges que Cukor avait su si élégamment éviter.