En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Parents terribles

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des films ».

Drame de Jean Cocteau, avec Jean Marais (Michel), Josette Day (Madeleine), Yvonne de Bray (Yvonne), Gabrielle Dorziat (tante Léo), Marcel André (Georges).

  • Scénario : Jean Cocteau, d'après sa pièce
  • Photographie : Michel Kelber
  • Décor : Guy de Gastyne
  • Musique : Georges Auric
  • Montage : Jacqueline Douarinou
  • Pays : France
  • Date de sortie : 1948
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 1 h 40

Résumé

Michel, adoré par Yvonne, sa mère, lui annonce qu'il est amoureux de Madeleine. Cette dernière est aussi la maîtresse de Georges, le père de Michel. Tante Léo essaie d'« arranger » le drame qui s'ensuit. Elle y réussit presque : Michel et Madeleine sont heureux. Mais Yvonne s'empoisonne à l'insuline.

Commentaire

En adaptant sa pièce, Cocteau refusa de « l'aérer » : toute l'action du film se déroule dans l'atmosphère confinée de la « roulotte », surnom que les personnages donnent à l'appartement des Parents terribles. Grandement aidé par l'opérateur Kelber, Cocteau scrute les visages, décrit l'enfermement des corps prisonniers d'un huis clos. Et si les jeunes premiers ne sont plus tout à fait assez jeunes pour leurs rôles (la pièce avait été créée pour Jean Marais dix ans auparavant), le terrifiant trio parental reste fabuleux. Le travelling arrière final s'étant révélé instable, Jean Cocteau lui adjoignit un bruit de roulotte et un bref commentaire récité par lui-même, nous livrant ainsi l'une des images les plus fortes du cinéma français des années 1940.