En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Invités de huit heures

Dinner at Eight

Comédie dramatique de George Cukor, avec Marie Dressler (Carlotta Vance), John Barrymore (Larry Renault), Wallace Beery (Dan Packard), Jean Harlow (Kitty Packard), Lionel Barrymore (Oliver Jordan), Lee Tracy (Max Kane), Edmund Lowe (Dr Wayne Talbot), Billie Burke (Millicent Jordan), Madge Evans (Paula Jordan), Jean Hersholt (Jo Stengel), Karen Morley (Lucy Talbot), Philip Holmes (Ernest de Graff).

  • Scénario : Frances Marion, Herman J. Mankiewicz, d'après la pièce de George S. Kaufman et Edna Ferber
  • Photographie : William Daniels
  • Musique : William Axt
  • Décor : Hope Erwin, Fred Hope
  • Montage : Ben Lewis
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1933
  • Durée : 1 h 53

Résumé

Carlotta Vance, « ex-grande dame » du théâtre, ainsi que plusieurs personnages sont invités à dîner chez Oliver Jordan, vieil industriel au cœur fatigué, près d'être acculé à la faillite par l'arriviste Packard. La femme de ce dernier le trompe avec le Dr Talbot, tandis que la fille de Jordan est la maîtresse de l'acteur déchu et alcoolique Larry Renault. Tous ces drames se dénoueront avant de passer à table.

Commentaire

La M.G.M., dans les années 1930, aimait offrir au public de la Dépression ces films luxueux et épisodiques où un simple prétexte narratif réunissait plusieurs intrigues et une foule de stars. Peu d'entre eux égalent en homogénéité, en émotion et en brio ces Invités de huit heures, où, malgré les contraintes d'une adaptation théâtrale, on croit déjà rencontrer de futurs personnages de l'œuvre de George Cukor : un acteur ivrogne et suicidaire (Une étoile est née), un homme d'affaires rustre et malhonnête flanqué d'une blonde idiote (Comment l'esprit vient aux femmes), des femmes inconséquentes ou insatisfaites (Femmes, les Liaisons coupables), une vieille excentrique (Voyages avec ma tante), ici Marie Dressler, qui vole la vedette à tous ses partenaires.