En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Faubourgs de New York The Bowery ou À l'ombre de Brooklyn

The Bowery

Film d'aventures de Raoul Walsh, avec Wallace Berry (Chuck Connors), George Raft (Steve Brodie), Jackie Cooper (Swipes), Fay Wray (Lucy).

  • Scénario : Howard Esterbrook, James Gleason
  • Photographie : Barney Mc Gill
  • Décor : Richard Day
  • Musique : Alfred Newman
  • Montage : Allen McNeill
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1933
  • Durée : 1 h 30

Résumé

Le Bowery, quartier mal famé et truculent de New York, est le théâtre des exploits de Chuck et Steve, rivaux et amis. Un jour, Steve parie avec Chuck qu'il sautera du pont de Brooklyn, et s'exécute ! Chuck perd ainsi son tripot et devient clochard. Mais Steve avait triché et Swipes, un enfant, saura le convaincre qu'il s'est mal conduit. Après un affrontement avec Chuck, Steve réitère son exploit, pour de bon cette fois.

Commentaire

Fondé sur la vie de personnages ayant existé et sur un exploit vraiment accompli par Steve Brodie, le film n'en est pas moins une reconstitution de la vie de Brooklyn dans les années 1880-1890. Cette réelle réussite, une des seules de Walsh dans les années 1930 après les brillantes années du muet et avant les chefs-d'œuvre des années 1940, éclate de santé et de truculence. Les bagarres y sont d'une gaieté contagieuse, et plus encore les dures représailles des suffragettes antialcooliques qui font régner la vertu la hache à la main. Le film, dominé par la création de Wallace Berry et la tendresse de Jackie Cooper, est un hymne à l'amitié digne de Steinbeck et contient un point d'orgue visuel dans la scène où George Raft se jette du haut du gigantesque pont.