En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

le Dernier des hommes

Der letzte Mann

Drame de F. W. Murnau, avec Emil Jannings (le portier), Maly Delschaft (sa fille), Hans Unterkircher (le directeur), Georg John (le veilleur de nuit).

  • Scénario : Carl Meyer
  • Photographie : Karl Freund
  • Décor : Robert Herlth, Walter Röhrig
  • Pays : Allemagne
  • Date de sortie : 1924
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 2 000 m (environ 1 h 14)

Résumé

Le portier d'un palace, fier de sa fonction et de son uniforme, est jugé trop vieux et se retrouve « monsieur pipi » au sous-sol. Humilié, il songe au suicide. Grâce à un héritage providentiel, il devient un client millionnaire et goguenard du palace.

Commentaire

Ce film célèbre fut le premier à utiliser le travelling comme fondement esthétique d'une œuvre, systématisant en cela les trouvailles de Cabiria de Pastrone. La caméra est considérée ici comme un personnage du drame, une subjectivité seconde du protagoniste avec qui pourtant elle ne s'identifie jamais. Quand il est saoul, c'est la caméra qui titube. Lorsqu'il est accablé par son destin, les immeubles se déforment devant lui. Ce film était un drame visuel qui se passait entièrement d'intertitres. Le portier dépouillé de son uniforme, comme un animal de sa carapace et rêvant de le retrouver, est le symbole inconscient d'une Allemagne humiliée, entre deux « épopées » guerrières.