En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

la Sécheresse

Vidas secas

Drame social de Nelson Pereira Dos Santos, avec Atila Iório (Fabiano), Maria Ribeiro (Vitória), Orlando Macedo (le fermier), Jofre Soares (le soldat), les enfants Gilvan et Geni Valdo.

  • Scénario : Nelson Pereira Dos Santos, d'après le roman de Graciliano Ramos
  • Photographie : José Rosa, Luiz Carlos Barreto
  • Musique : Leonardo Alencar
  • Montage : Rafael Justo Valverde, Nello Melli
  • Pays : Brésil
  • Date de sortie : 1963
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 1 h 43
  • Prix : Prix du meilleur film pour la jeunesse et Prix des cinémas d'art et d'essai, Cannes 1964

Résumé

Une famille de paysans fuit la sécheresse et la famine du Nordeste. Après une longue et épuisante marche à travers le Sertão, elle s'installe dans une maison abandonnée. Le propriétaire engage Fabiano, le père, comme vacher. Provoqué aux cartes par un policier, Fabiano est jeté en prison. Quand il sort, la sécheresse sévit à nouveau : les bêtes meurent les unes après les autres. Fabiano et les siens repartent sous un soleil de plomb à la recherche de bonnes terres.

Commentaire

En 1960, Nelson Pereira Dos Santos entreprend l'adaptation du roman de Graciliano Ramos. Ironie du sort, des pluies diluviennes tombent sur le Sertão, compromettant le tournage qui sera repris en 1962. Par la sobriété de la mise en scène et la réduction minimale des dialogues, Nelson Pereira Dos Santos recrée la misère tragique des paysans du « polygone de la sécheresse » et leur volonté de survie. L'admirable photographie de Luiz Carlos Barreto amplifie l'émotion née de cette errance à travers une terre porteuse de mort. Ancré dans la réalité brésilienne, ce constat – envers du miracle économique des années 1960 – porte en lui un violent réquisitoire contre les inégalités de la société brésilienne. Par son réalisme critique, le film annonce l'esprit et le souffle du Cinema Novo.