En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

la Jeunesse de Maxime Junost' Maksima (I) et le Retour de Maxime Vozvraščenie Maksima (II) et Maxime à Vyborg Vyborgskaja storona (III) ou le Quartier de Vyborg

Vyborgskaja storona (III)

Trilogie historique de Grigori Kozintsev et Leonid Trauberg, avec Boris Tchirkov (Maxime), Stepan Kaioukov (Dema), Valentina Kibardina (Natacha), Mikhaïl Tarkhanov (Polivanov), Andrei Koulakov (Andrei), Anatoli Kouznecov (Touraiev), Maksim Chtraukh (Lénine), Mikhaïl Gelovani (Staline).

  • Scénario : Grigori Kozintsev, Leonid Trauberg, Lev Slavine (II)
  • Photographie : Andrei Moskvine, Gueorgi Filatov (III)
  • Décor : Evgueni Eneï, V. Vlasov (III)
  • Musique : Dimitri Chostakovitch
  • Pays : U.R.S.S. (Russie)
  • Dates de sortie : 1935 (I) ; 1937 (II) ; 1939 (III)
  • Durée : 1 h 39 (I) ; 1 h 54 (II) ; 2 h 01 (III)

Résumé

Maxime, héros de la trilogie, représente l'ouvrier russe que sa prise de conscience révolutionnaire entraîne peu à peu du côté de l'Histoire. On le voit donc d'abord en 1910, jeune ouvrier amoureux, devenir militant et prendre part à l'action clandestine, jusqu'à ce qu'il soit arrêté. Dans le deuxième épisode, qui se situe en 1914, les ouvriers se mobilisent en masse contre la guerre, dans de grandes manifestations à Saint-Pétersbourg ; puis l'on retrouve Maxime à son départ pour le front. Après la victoire des Bolcheviks, en octobre 1917, Maxime est nommé commissaire politique et chargé, à ce titre, de diriger une banque ; il rencontre Lénine et Staline. C'est le troisième épisode.

Commentaire

Cette trilogie marque une date importante dans le cinéma soviétique, ne serait-ce que par son ampleur et le soin avec lequel elle fut réalisée. Venus en effet de l'avant-garde la plus dynamique des années 1920, Kozintsev et Trauberg ont franchi avec Maxime une nouvelle étape qui les amène à la réalité contemporaine et, dans le domaine de l'expression artistique, à ce réalisme que l'on qualifiera bientôt de « socialiste ».