En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

la Dernière Chance

Fat City

Drame de John Huston, avec Stacy Keach (Billy Tully), Jeff Bridges (Ernie), Susan Tyrell (Ona).

  • Scénario : Leonard Gardner, d'après son roman
  • Photographie : Conrad Hall
  • Décor : Richard Sylbert
  • Musique : Kris Kristofferson
  • Montage : Walter Thomson, Margaret Booth
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1972
  • Son : couleurs
  • Durée : 1 h 35

Résumé

À trente ans, Billy Tully, ancien boxeur, est une épave. Il rencontre un jeune boxeur et le convainc qu'il peut réussir dans ce métier. Lui-même remonte sur le ring. Il gagne un match qui est pourtant sa plus grande défaite.

Commentaire

Ce film de la vieillesse de Huston ne semble pas mis en scène tant sa façon d'aborder les situations est évidente ; la photo de Conrad Hall, poisseuse et « banale », est pourtant travaillée avec une compréhension et un amour du film qui touchent à la symbiose ; les acteurs sont si justes qu'on ne peut imaginer qu'ils sont dirigés. Toutes les scènes, drôles ou tristes, sont symptomatiques d'un mal à vivre qui rend les protagonistes pathétiques jusqu'à la nausée. Huston manie l'identification avec un sens tragique de la déconfiture humaine. Si nous sommes de tout cœur avec Billy « contre » son adversaire pendant le match, il suffit d'un plan où l'on voit celui-ci pisser du sang dans un chiotte pour qu'une fraternité pitoyable nous unisse à tous deux. Que dire d'un tel film, sinon qu'on y ressent l'émotion et l'abandon qui passent dans les dernières toiles de Rembrandt.