En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

l'Opinion publique

A Woman of Paris

Mélodrame de Charlie Chaplin, avec Edna Purviance (Marie), Adolphe Menjou (Pierre Revel), Carl Miller (Jean), Lydia Knott (la mère).

  • Scénario : Charlie Chaplin
  • Photographie : Rollie Totheroh, Jack Wilson
  • Décor : Arthur Stibolt
  • Montage : Monta Bell
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1923
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 2 450 m (environ 1 h 31)

Résumé

Marie et Jean vivent un amour malheureux dans une triste campagne. Ils doivent s'enfuir, mais Jean est retenu par la mort de son père. Elle part seule. Ils se retrouvent un an plus tard à Paris, où elle est entretenue par le riche Pierre Revel. Ils renouent, mais sont séparés par le chantage affectif de la mère de Jean. Marie le quitte. Il se suicide. Elle retourne à la campagne.

Commentaire

Le premier film où Chaplin ne joue pas et qu'il fit pour répondre aux critiques qui le disaient grand acteur mais piètre metteur en scène. À dire vrai, Chaplin était depuis longtemps un des plus grands metteurs en scène et aussi un monteur de génie, mais ce film le démontre par-dessus tout, car il ne se contenta pas de « bien » mettre en scène, il y créa une intelligence nouvelle du cinéma. Des générations entières de cinéastes s'en inspirèrent et Lubitsch y découvrit la « Lubitsch touch » dont les ellipses et les métonymies viennent de ce film révolutionnaire. On n'oubliera pas Marie prenant un train qu'on ne voit pas, suggéré simplement par les lumières qui passent sur son visage. Jean comprenant que Marie est une femme entretenue en voyant un faux col tomber d'un tiroir. Le jeu d'acteurs, fin, retenu, sans aucune expressivité, était une révolution comparable à celle que Chaplin amenait dans le domaine de la mise en scène et faisait de l'Opinion publique le premier film psychologique du cinéma.