En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

l'Enfance de Gorki Detsvo Gor'kogo (I) , En gagnant mon pain V ljudjah (II) et Mes universités

Moi universitety (III)

Biographie de Mark Donskoï, avec Mikhaïl Troïanovski (Kachirine, le grand-père), Varvara Massalitinova (Akoulina, la grand-mère), E. Alekseeva (Varvara), Alecha Liarski (Alecha Pechkov), N. Valbert (Alexei Pechkov), Stepan Kaioukov (Semenov), Nikolai Dorokhin (Ospi Chatanov), Nikolai Plotnikov (Nikiforych), Iraida Fedotova (Macha), Daniil Sagal (Gouri Pletniev).

  • Scénario : Ilia Grouzdev, Mark Donskoï, d'après la trilogie autobiographique de Maxime Gorki
  • Photographie : Petr Ermolov, I. Malov
  • Décor : Ivan Stepanov
  • Musique : Lev Schwartz
  • Pays : U.R.S.S.
  • Dates de sortie : 1938 (I), 1939 (II), 1940 (III)
  • Durée : 1 h 42 (I), 1 h 41 (II), 1 h 44 (III)

Résumé

L'ENFANCE DE GORKI. À la fin des années 1870, le jeune Alecha Pechkov est accueilli avec sa mère Varvara par son grand-père Kachirine, accompagné de toute la famille, sur les quais de la Volga à Nijni-Novgorod. Il est aussitôt plongé dans l'univers terrible d'une famille traditionnelle au fonctionnement autoritaire : le grand-père fait vivre tout le monde dans la terreur, et ses fils se déchirent dans l'espoir de rafler l'héritage, à savoir la teinturerie du grand-père. Alecha se rapproche de sa grand-mère, Akoulina, protectrice et haute en couleurs qui raconte des récits enchanteurs. Le jeune garçon est cruellement battu lorsque, poussé par ses cousins, il trempe une nappe dans un bain de teinture. Un jour, la teinturerie prend feu, et c'est la ruine. Le grand-père est alors réduit à la mendicité et Alecha doit prendre la route.

EN GAGNANT MON PAIN. À la fin du premier film, Alecha a compris qu'il lui fallait posséder ce que le peuple n'a pas : savoir lire, écrire, se forger une discipline mentale. On le retrouve à treize ans, garçon de courses chez l'un de ses oncles dessinateur. C'est la nuit qu'il satisfait sa soif de connaissances. Plus tard, Alecha va se lier avec le cuisinier d'un paquebot sur la Volga, où lui-même effectue divers travaux. Sa vie de vagabond le mène ensuite dans un atelier de peinture d'icônes en tant qu'apprenti. Lorsqu'il est totalement démuni, il retourne chez sa grand-mère, avant de se lancer à nouveau à la recherche d'un gagne-pain.

MES UNIVERSITÉS. Alexei Pechkov s'installe à Kazan pour entreprendre des études et trouve un logement chez un étudiant révolutionnaire, Gouri Pletniev. Il ne réussit pas à entrer à l'université, ce qui était son rêve, et doit trouver du travail dans un artel de dockers. Sa route le mène ensuite chez un boulanger, Vasili Semenov, où il lit des brochures révolutionnaires aux apprentis. Un vent de révolte est vite étouffé à la mort de l'un des ouvriers, mais ses camarades reprennent le travail après avoir été battus, et Pechkov tente de mettre fin à ses jours. Réconforté par ses compagnons, il part à l'aventure.

Commentaire

Naturel et lyrisme

La trilogie de Donskoï, réalisée à l'époque stalinienne et considérée comme l'un des phares du cinéma soviétique, est un modèle des films de reconstitution. L'œuvre de Gorki est simplifiée, allégée, mais l'adaptation est d'une totale fidélité. Tant l'atmosphère générale que le style subsistent car les films consistent en une suite de tableaux alertes, sans transition, comportant une description minutieuse des personnages et une action très lente. On retrouve à la fois le naturel de Gorki « en prise avec la vie » et son lyrisme. L'intérêt majeur du film réside dans l'extraordinaire reproduction de l'ancienne Russie : la campagne, la foire, les danses, les traditions familiales autoritaires, les différents corps de métiers.