En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Train de luxe

Twentieth Century

Comédie de Howard Hawks, avec John Barrymore (Oscar Jaffe), Carole Lombard (Mildred Plotka/Lily Garland), Roscoe Karns (Owen O'Malley), Walter Connolly (Oliver Webb), Ralph Forbes (George Smith).

  • Scénario : Ben Hecht, Charles MacArthur, d'après leur pièce inspirée de celle de Charles Bruce Milholland Napoleon of Broadway
  • Photographie : Joseph August, Joseph Walker (non crédité)
  • Montage : Gene Havlick
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1934
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 1 h 31

Résumé

Célèbre metteur en scène de Broadway, Oscar Jaffe fait une vedette de l'inconnue Mildred Plotka, rebaptisée Lily Garland, qui devient sa maîtresse. Mais elle part pour Hollywood afin d'échapper à sa tutelle. Elle y triomphe, alors que lui décline. Échappant à ses créanciers, il la retrouve dans le train de Chicago à New York, et s'emploie à la reconquérir, par tous les stratagèmes imaginables.

Commentaire

Aujourd'hui considéré comme un des premiers exemples de « comédie loufoque » (screwball comedy), Train de luxe fut un triomphe critique et contribua à lancer la vogue du genre. Ce ne fut pourtant pas un gros succès public. Les deux derniers tiers du film prennent place dans le fameux train « Twentieth Century » : le rythme s'accélère alors frénétiquement, emporté par le délire verbal et comportemental de Barrymore, et la composition hystérique de Carole Lombard dans son premier rôle comique. Maître de l'agitation dans un espace clos, Howard Hawks (qui produisit également le film) fait oublier le statisme de l'adaptation, et traite un thème cher à ses comédies : le jeu amoureux dynamitant les normes d'un microcosme social, tout en s'y piégeant. Il portera cette thématique à la perfection avec la Dame du vendredi (1940), adapté des mêmes auteurs de façon beaucoup plus subtile.