En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Sueurs froides

Vertigo

Film policier d'Alfred Hitchcock, avec James Stewart (Scottie), Kim Novak (Madeleine/Judy), Barbara Bel Geddes (Midge), Tom Helmore (Elster).

  • Scénario : Alec Coppel, Samuel Taylor, d'après le roman de Boileau-Narcejac D'entre les morts
  • Photographie : Robert Burks
  • Décor : Hal Pereira, Henry Bumstead, Sam Comer
  • Musique : Bernard Herrmann
  • Montage : George Tomasini
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1958
  • Son : couleurs
  • Durée : 2 h 08

Résumé

Scottie, détective atteint de vertige, est engagé par un ancien ami, Elster, pour surveiller sa femme Madeleine, qui s'identifie à une femme morte au xixe siècle et pourrait être tentée de se suicider. Il la sauve effectivement de la noyade et en tombe amoureux. Mais il sera incapable de la suivre en haut d'un clocher d'où elle se jette. Il fait une dépression et revoit Madeleine dans chaque femme qu'il croise. Il rencontre Judy dont la ressemblance avec elle est frappante. Il la transformera à l'image de l'autre et se rendra compte qu'il s'agit de la même femme et qu'il a été victime d'une machination.

Commentaire

Un film lent et contemplatif, où l'intrigue et le spectaculaire passent au second plan afin de mettre en relief le trajet mental et physique de la fascination morbide et idéaliste de Scottie pour Madeleine. Scottie aimant littéralement l'image d'une morte, son amour n'existe que parce qu'il ne peut s'accomplir. Il vaudrait mieux dire d'ailleurs que Scottie tombe amoureux de l'histoire de son ami, histoire de réincarnation que l'expérience nous empêche, comme Scottie, de croire. L'atmosphère mythologique du film est admirablement soutenue par la musique néowagnérienne de Bernard Herrmann et par la photo de Robert Burks, musique et photo enveloppant chaque plan du film, lui donnant cet aspect liquide qui l'apparente encore davantage à un rêve.