En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Qu'est-il arrivé à Baby Jane ?

Whatever Happened to Baby Jane ?

Drame psychologique de Robert Aldrich, avec Bette Davis (Baby Jane), Joan Crawford (Blanche), Victor Buono (Edwin Flagg), Anna Lee (Mme Bates), Marjorie Bennett (Della Flagg).

  • Scénario : Lukas Heller, d'après le roman de Henry Farell
  • Photographie : Ernest Haller
  • Décor : William Glasgow
  • Musique : Frank De Vol
  • Montage : Michael Luciano
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1962
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 2 h 12

Résumé

Au temps du cinéma muet, « Baby » Jane est une grande star, une des premières enfants prodiges ; sa sœur Blanche, timide et réservée, reste dans l'ombre. Dans les années 1930, les rôles sont inversés, Blanche est une grande vedette, Jane est oubliée. Désormais, bien des années après, elles vivent en commun une double névrose. Blanche, victime d'un mystérieux accident, est infirme et semble tout accepter d'une sœur transformée en infirmière sadique qui multiplie les mauvais traitements et répète son antique tour de chant avec un accompagnateur benêt dans l'espoir de remonter sur scène. Blanche finit par périr de ce régime particulier, mais le voile est désormais levé sur l'accident…

Commentaire

Peu prisé lors de sa présentation au festival de Cannes, Qu'est-il arrivé à Baby Jane ? est vite devenu un film culte et le symbole du cinéma « d'horreur psychologique ». Aldrich sait parfaitement corser le mélange en ancrant la fiction à Hollywood juste après la fin des studios. De fait, le rêve est terminé depuis belle lurette : qu'est-il donc arrivé à Bette Davis métamorphosée en traîne-savates (au sens propre) et enfermée dans le délire d'un impossible come-back ? La très classique construction scénarique fondée sur le retournement final est d'une remarquable efficacité, mais c'est surtout l'ex-Baby Jane qui, dans un noir et blanc de cauchemar, nous apporte ce que nous étions venus chercher : la peur.