En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Quai des Orfèvres

Film policier d'Henri-Georges Clouzot, avec Louis Jouvet (inspecteur Antoine), Suzy Delair (Jenny Lamour), Simone Renant (Dora), Bernard Blier (Maurice Martineau), Charles Dullin (Brignon), Pierre Larquey (Émile), Raymond Bussières (Albert).

  • Scénario : Henri-Georges Clouzot, Jean Ferry, d'après le roman de Stanislas André Steeman Légitime Défense.
  • Photographie : Armand Thirard
  • Décor : Max Douy
  • Musique : Francis Lopez
  • Montage : Charles Bretoneiche
  • Pays : France
  • Date de sortie : 1947
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 1 h 45
  • Prix : Prix international de la mise en scène, Venise 1947

Résumé

Le pianiste Maurice Martineau surveille jalousement sa femme Jenny Lamour, chanteuse de music-hall. Celle-ci ayant accepté l'invitation à dîner de Brignon, vieil homme d'affaires amateur de chair fraîche, il se rend chez lui où il trouve son cadavre. Il raconte son histoire à son amie Dora, photographe, qui lui révèle que Jenny vient de lui avouer avoir assommé Brignon. L'inspecteur a tôt fait de prouver que Maurice est venu sur les lieux. Les témoignages de Dora et de Jenny ne suffisent pas à l'innocenter. Désespéré, Maurice tente de se trancher les veines avec le verre de sa montre. On découvre enfin le vrai coupable…

Commentaire

L'intrigue policière n'est qu'un prétexte pour Clouzot : en bon misanthrope, il en profite pour brosser un tableau noir et pessimiste de ses contemporains. L'inspecteur Antoine surtout, incarné par Jouvet avec une vérité saisissante, tranche par son ambiguïté avec les silhouettes de policiers traditionnels. L'atmosphère de la police judiciaire comme celle d'un petit music-hall de quartier sont remarquablement rendues, et de nombreux personnages secondaires sont habilement croqués.