En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Morgan

Morgan, a Suitable Case for Treatment

Drame psychologique de Karel Reisz, avec Vanessa Redgrave (Leonie Delt), David Warner (Morgan Delt), Robert Stephens (Charles Napier), Irene Handl (Mrs. Delt), Bernard Bresslaw (le policier), Arthur Mullard (Wally).

  • Scénario : David Mercer, d'après sa pièce télévisée
  • Photographie : Larry Pizer, Gerry Turpin
  • Décor : Philip Harrison
  • Musique : John Dankworth
  • Montage : Victor Procto, Tom Priestley
  • Pays : Grande-Bretagne
  • Date de sortie : 1966
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 1 h 37

Résumé

Morgan est un jeune peintre plus que bohème dont les excentricités finissent par lasser l'amour d'une épouse tout à fait conventionnelle. Mais le divorce qu'elle obtient n'empêche pas Morgan de venir la relancer sans cesse, tout en lui jouant des tours de sa façon : inscrire un marteau et une faucille dans les tapis, mettre un squelette dans son lit, etc. Il finit en prison pour un moment ; et puis, à peine sorti, le voici qui, déguisé en gorille, vient troubler le remariage de la jeune femme. Cette fois, il est bon pour l'hôpital psychiatrique.

Commentaire

Dans le droit fil de son engagement pour le renouvellement du cinéma britannique, Reisz privilégie ici, avec le concours de Mercer, l'opposition entre un individualisme épris de liberté et les conventions rigides de la société. Cela sous une forme allègre et brillante, à coup de péripéties satiriques qui n'épargnent personne. La dénonciation sous-jacente des contraintes du système social prend cependant un tour plus grave avec le recours à la prison et à l'asile pour contenir l'originalité des individus, posant ainsi, comme souvent chez Reisz, des questions réelles et très critiques. Vanessa Redgrave, fine interprète de l'épouse, reçut pour le film le Prix d'interprétation féminine à Cannes (1966).