En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jerry souffre-douleur

The Patsy

Comédie de Jerry Lewis, avec Jerry Lewis (Stanley Belt), Everett Sloane (Caryl Ferguson), Ina Balin (Ellen Betz), Keenan Wynn (Harry Silver), Peter Lorre (Morgan Heywood), John Carradine (Bruce Alden), Phil Harris (Chic Wymore).

  • Scénario : Jerry Lewis, Bill Richmond
  • Photographie : Wallace Kelley
  • Décor : Hal Pereira, Carey Odell, Sam Comer, Ray Moyer
  • Musique : David Raksin
  • Montage : John Woodcock, Arthur P. Schmidt
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1964
  • Son : couleurs
  • Durée : 1 h 41

Résumé

Après la mort d'un acteur célèbre dans un accident d'avion, ses managers décident de lui trouver un remplaçant. Ils choisissent au hasard un simple groom d'hôtel, Stanley, et tentent, en vain, au cours d'un entraînement intensif, de lui inculquer l'art du comique. Le jour de son premier grand spectacle, abandonné de tous, il doit improviser et révèle alors un immense talent. Reprenant confiance en lui, Stanley déclare à ses managers qu'il est désormais le chef et qu'il les conserve auprès de lui, mais qu'il ne garde pas Ellen, sa secrétaire, préférant l'épouser…

Commentaire

Le ratage de l'effet comique, aboutissant au non-rire du spectateur, est sans doute la hantise de tout comédien qui travaille dans ce genre difficile. Le film, qui montre un Stanley incompris accumulant sans succès les tentatives pour provoquer le rire (ce qui se produit tout de même au second degré, c'est-à-dire pour le spectateur du film), totalement fondé sur l'échec du processus comique, prend alors valeur d'exorcisme pour le cinéaste. L'histoire qu'il raconte est par ailleurs un peu la sienne et contient de nombreuses allusions à sa carrière. S'il se prend pour cible, c'est pour mieux donner une magistrale leçon de comique, que ses détracteurs pourraient étudier avec profit.