En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Escamotage d'une dame chez Robert Houdin

Vue fantastique de Georges Méliès, avec Georges Méliès.

  • Photographie : Leclerc
  • Pays : France
  • Date de sortie : 1896
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 20 m (environ 45 s)

Résumé

Sur une scène de théâtre, un magicien fait disparaître une femme, puis apparaître un squelette à sa place, et enfin réapparaître la femme.

Commentaire

Paradoxe : ce film représente à la fois une évolution et une négation du cinéma. Il est en effet difficile d'imaginer plus anticinématographique que cette reconstitution d'un spectacle scénique, filmé du point de vue du public, et qui se conclue par un salut de Méliès face à la caméra. Plastiquement, les « vues filmées » de Lumière sont de meilleure qualité. Mais l'Escamotage est aussi le premier film de Méliès dans lequel celui-ci utilise le procédé « arrêt-substitution », truquage fondamental qui, dans un premier temps, lui permet de se passer des « trappes » du numéro d'illusion original, et qui préfigure toutes les « scènes à transformation » de ses futures grandes mises en scène. Rappelons le procédé : il suffit d'arrêter la caméra, d'opérer une modification, puis de reprendre le tournage, les personnages ayant repris leur position du moment de l'arrêt. Une idée simple qui constitue une énorme évolution du langage cinématographique, moins d'un an après sa naissance officielle.