En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Dogville

Drame de Lars von Trier, avec Nicole Kidman, Paul Bettany, Stellan Skarsgard, Jeremy Davies, Harriet Andersson, Lauren Bacall, James Caan.

  • Pays : Danemark
  • Date de sortie : 2003
  • Son : couleurs
  • Durée : 2 h 47

Résumé

Une jeune femme, apparemment poursuivie par des brigands, vient chercher refuge dans un village perdu des Rocheuses. Les villageois, réunis en conseil, décident de lui offrir le gîte et le couvert en échange de quelques menus services. Au début tout se passe bien mais le climat se tend quand les habitants du village apprennent que la jeune femme serait apparemment recherchée par la police. Ils décident néanmoins de la garder mais leurs exigences s'alourdissent : elle doit désormais travailler sans désemparer du matin au soir, dormir enchaînée et assouvir à l'occasion les envies sexuelles du village. Elle subit tous les mauvais traitements et toutes les humiliations, apparemment résignée à sa condition d'esclave, jusqu'au jour où elle se rend compte que pas un seul des habitants du village ne mérite d'être sauvé et sonnera alors l'heure de la vengeance.

Commentaire

Lars von Trier poursuit ici la réflexion qu'il a amorcée avec Breaking the Waves, sur le bien et le mal, la souffrance, la compassion et le sacrifice. Mais il y ajoute cette fois-ci un « twist » différent : la femme, victime propitiatoire désignée, finit par se révolter et se venge avec éclat. Autre innovation majeure : le film a été tourné sur un plateau sans décors, les murs des maisons du village n'étant matérialisés que par des traits à la craie sur le sol. Il en résulte une focalisation de l'attention sur les visages (avec pour icône centrale une Nicole Kidman énigmatique et pathétique) et une libération de l'esprit du spectateur qui ne cesse tout au long du film de s'interroger sur la nature des différents personnages et les intentions profondes du réalisateur qui joue en virtuose sur les registres habituellement antagonistes de l'émotion et de l'abstraction.