En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

De sang froid

In Cold Blood

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des films ».

Drame de Richard Brooks, avec Robert Blake (Perry Smith), Scott Wilson (Dick Hickok), John Forsythe (Alvin Dewey), Paul Stewart (le reporter), Gerald S. O'Loughlin (Harold Nye).

  • Scénario : Richard Brooks d'après le livre de Truman Capote
  • Photographie : Conrad Hall
  • Musique : Quincy Jones
  • Montage : Peter Zinner
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1967
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 2 h 34

Résumé

Le meurtre pratiquement gratuit et d'une sauvagerie insensée, perpétré dans les années 1960 par deux jeunes garçons, connut un retentissement sans précédent à travers l'enquête – véritable roman sociologique – menée des années durant par l'écrivain Truman Capote, qui reconstitua les circonstances du crime et la personnalité des assassins, au fil des visites qu'il leur rendit dans leur cellule, jusqu'à leur exécution.

Commentaire

De sang froid, à la fois librement (dans la facture) et fidèlement (dans les détails du contenu) adapté du livre de Truman Capote, est l'une des réalisations les plus achevées de Richard Brooks. Le film évite les deux écueils de l'explication psychologique des comportements, d'une part, et de la thèse « à la française » (façon Cayatte) sur la peine de mort. Cinéaste de la responsabilité individuelle et collective, Richard Brooks donne ici une œuvre d'une grande liberté de ton, où le « pointillisme » du style de Capote entre en résonance avec la méticulosité de son propre réalisme. Le film échappe, cependant, au constat, au document sociologique. Sans mêler la morale ni la métaphysique à son propos, le réalisateur sait hausser le ton, et nous faire entrer en sympathie avec ses tristes et médiocres personnages. Comme dans toutes les grandes œuvres cathartiques, on participe ici à la souffrance d'autrui, sans complaisance. C'est sans complaisance non plus que le film déploie, aux limites du fantastique (scène de la pendaison), quelque chose que l'on pourrait définir comme une horrible beauté.