En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Chronique d'Anna-Magdalena Bach

Chronik der Anna-Magdalena Bach

Essai de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, avec Christiane Lang (Anna-Magdalena Bach), Gustav Leonhardt (Johan Sebastian Bach), Paolo Carlini (Dr. Hölzel), Ernst Castelli (Sterger).

  • Scénario : Jean-Marie Straub, Danièle Huillet
  • Montage : J.-M. Straub, D. Huillet
  • Photographie : Piccome, Saverio Diamanti, Giovanni Canferelli
  • Musique : Bach, Leo Leoninus
  • Pays : R.F.A.
  • Date de sortie : 1967
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 1 h 35

Résumé

Anna-Magdalena Bach fut la seconde épouse du Cantor de Leipzig et on a d'elle une chronique, peut-être apocryphe, qui est une sorte de journal intime racontant au jour le jour la vie et le travail du compositeur. C'est cette chronique que Straub a mise en images, avec ces grands et petits événements qui font le quotidien : mise au point et création des œuvres, rivalités musicales, naissance et mort des enfants, conflits familiaux, etc.

Commentaire

Straub et Huillet ont travaillé pendant plusieurs années pour ce film qui est loin de ressembler à une biographie musicale traditionnelle. Et pourtant, la réalité historique y est totalement présente, mais dans une approche singulière : c'est une plongée dans un monde concret reconstitué au plus près et sans aucun des effets habituels des films à costumes – ni Technicolor, ni foules de figurants, ni luxe de décors. Le noir et blanc, au contraire, et très contrasté, le simple appareil de la vie quotidienne restituée sans éclat « spectaculaire » et une utilisation très stricte des possibilités de la caméra (plans fixes, peu de mouvements), tout cela crée un climat difficile, mais fascinant. Ajoutons un choix capital dans la distribution, celui d'un vrai claveciniste, aujourd'hui célèbre, pour jouer le rôle de Bach, tentative séduisante, soutenue par la présence à ses côtés de vrais musiciens d'orchestre, pour crédibiliser encore davantage la volonté des auteurs d'abolir le temps et la distance.