En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Capitaine Conan

Comédie dramatique de Bertrand Tavernier, avec Philippe Torreton (Conan), Samuel Le Bihan (Norbert), Bernard Le Coq (De Scève), Claude Rich (général Pitard), Catherine Rich (Madeleine Erlane).

  • Scénario : Jean Cosmos, Bertrand Tavernier, d'après le roman de Roger Vercel
  • Photographie : Alain Choquart
  • Décor : Guy-Claude François
  • Musique : Oswald d'Andrea
  • Montage : Luce Grunenwaldt, Laure Blancherie, Khadicha Bariha-Simsolo
  • Pays : France
  • Date de sortie : 1996
  • Son : couleurs
  • Durée : 2 h 10

Résumé

Le capitaine Conan appartient à cette race d'hommes dont les qualités et les défauts ne trouvent leur pleine utilité que dans la guerre. Après l'armistice de 1918, il bénéficie d'une petite rallonge car il est affecté au corps des Dardanelles, chargé de lutter contre les bolcheviques en Roumanie. Cela lui permet de s'illustrer encore dans un certain nombre de combats à la tête de quelques têtes brûlées de son espèce, avant que le retour au pays ne fasse de lui un vieux fauve qui, loin de la jungle, dépérit irréversiblement.

Commentaire

L'intention de Tavernier était simple : il voulait montrer que les héros sont en fait des inadaptés auxquels seule la violence de la guerre offre une chance de sortir de l'ombre. C'est un point de vue défendable, mais déjà si souvent illustré qu'il en est devenu ordinaire. Fort heureusement, Tavernier s'intéresse à ses personnages et aime tellement les images que la création a dépassé le projet de son maître. On pénètre si avant dans la psychologie de Conan qu'on ne peut plus le rejeter absolument ; les autres figures d'officiers et de soldats sont intéressantes, voire attachantes, et les séquences de combat sont plastiquement si réussies que même le « fana mili » pourra trouver son miel dans ce film antimilitariste beau et riche.