En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Adieu ma belle

Murder My Sweet

Film policier d'Edward Dmytryk, avec Dick Powell (Philip Marlowe), Claire Trevor (Velma/Mme Grayle), Anne Shirley (Ann), Otto Kruger (Amthor), Mike Mazurki (Moose Malloy), Miles Mander (M. Grayle), Douglas Walton (Marriott), Don Douglas (Lt Randall).

  • Scénario : John Paxton, d'après le roman de Raymond Chandler Adieu ma jolie
  • Photographie : Harry J. Wild
  • Décor : Albert S. D'Agostino, Carroll Clark
  • Musique : Roy Webb
  • Montage : Joseph Noriega
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1945
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 1 h 35

Résumé

Raconté en flash-back. Enquêtant pour le truand Moose Malloy sur la disparition de sa petite amie, le détective Philip Marlowe est mêlé à une affaire de vol de bijoux qui entraîne la mort de son client suivant, Marriott. Ce meurtre dévoile une intrigue de chantage et d'adultère impliquant une séductrice blonde et volage, Mme Grayle, son mari plus âgé et la fille de celui-ci, Ann. Après s'être fait tabasser, puis séquestrer dans une clinique douteuse, Marlowe dénoue peu à peu les fils de l'intrigue, tandis que les morts violentes se succèdent.

Commentaire

Fleuron du film noir, Adieu ma belle propulsa en première ligne son réalisateur, Edward Dmytryk, qui commençait à sortir de la série B. Il conçut soigneusement le climat visuel lourd et oppressant du film, fait de cadrages insolites et de clairs-obscurs menaçants. Dick Powell, dont l'emploi de jeune premier de comédie musicale faisait long feu, se battit pour obtenir le rôle de Marlowe, qui relança sa carrière dans des personnages de « durs ». Il suscita l'admiration de Raymond Chandler lui-même, du reste fort satisfait de cette percutante adaptation. Une première version, anodine, avait été tournée en 1942 (The Falcon Takes Over d'Irving Reis, avec George Sanders) et un remake décoratif fut tenté par Dick Richards en 1975.