En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Éclairage intime

Intimní Osvětleni

Comédie d'Ivan Passer, avec Věra Křesaklová (Stepa), Zdeněk Bezušek (Peter), Karel Blažek (Bambas), Jan Vostrčil (le grand-père), Jaroslava Stědrá (Mariette), Vlatismila Vlková (la grand-mère), Karel Uhlik (le pharmacien).

  • Scénario : Václav Sašek, Jaroslav Papousěk, Ivan Passer, d'après le conte de Václav Sašek Quelque chose d'autre
  • Photographie : Josef Strěcha, Miroslav Ondřicek
  • Décor : Karel Černy
  • Musique : Okdřich Korte, Josef Hart
  • Montage : Jiřina Lukešosá
  • Pays : Tchécoslovaquie
  • Date de sortie : 1965
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 1 h 25

Résumé

Dans une bourgade de Tchécoslovaquie, un concert est annoncé. L'orchestre local, composé d'amateurs, se prépare. Le soliste professionnel, Peter, arrive de Prague avec son amie Stepa. Il retrouve un camarade de conservatoire, installé à la campagne avec sa femme, ses enfants et ses beaux-parents. Un voisin se joint à eux pour former un quatuor. Il a un rhumatisme à l'auriculaire. La vie est comme suspendue, tandis que s'échangent les souvenirs dans une fin d'après-midi pleine des vibrations de la nature et des accents du quatuor.

Commentaire

Seul long métrage réalisé en Tchécoslovaquie par Ivan Passer, qui fut d'abord le scénariste de Miloš Forman, le film est un chef-d'œuvre inégalé dans la mesure où, sans aucune ligne dramatique, presque sans anecdote, un univers étonnamment palpable est recréé, instant de vie coulant à l'état pur, qu'on appréhende par tous les sens. D'aucuns ont voulu y voir une critique de la misère existentielle d'un échantillon social dans un pays socialiste. Présente sans doute, cette dimension n'est jamais le sujet du film, qui témoigne, au contraire, d'un hédonisme certain. La vie s'écoule, la jeunesse passe, la vieillesse approche. La mise en scène, tout entière fondée sur la musique, celle des objets, des corps, autant que des instruments, dit continuellement l'appétit de vivre et donne la sagesse, avec l'harmonie. Ni comédie, ni fable, ni constat, ni poème, Éclairage intime est un univers unique en son genre, où l'on klaxonne les déclarations d'amour, bat la mesure sur des ronflements, dévore littéralement les violons. C'est une œuvre magistrale.