En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

étoile à sursauts

Type d'étoile variable qui se caractérise par de nombreux sursauts d'éclat. (Synonyme : étoile à flares.)

Les sursauts de rayonnement des astres

Les sursauts radio du Soleil

Depuis l'avènement de la radioastronomie, on a constaté que le Soleil est le siège de sursauts de rayonnement radioélectrique (sursauts radio). Ceux-ci se manifestent dans la couronne en réponse à l'apparition d'éruptions chromosphériques.

Les sursauts X stellaires

Grâce aux instruments spatiaux, des sursauts de rayonnement d'autres astres sont observés dans les domaines des rayons X et des rayons γ. Les sursauts X, d'une durée inférieure à une minute, proviennent de certains systèmes de deux étoiles très proches l'une de l'autre (binaires serrées), dont l'une des composantes est une étoile à neutrons. Ils résultent de la fusion nucléaire, à la surface de l'étoile à neutrons, de matière capturée par celle-ci à sa compagne.

Les sursauts γ cosmiques

Découverts fortuitement en 1969 par des satellites américains chargés de surveiller les explosions nucléaires dans l'atmosphère terrestre, les sursauts γ cosmiques sont les phénomènes les plus violents observés dans l'Univers.

Ils se caractérisent par leur brièveté (ils durent de 0,01 seconde à 10 minutes) et par une extrême variabilité. Fréquents, ils se répartissent uniformément sur le ciel. Leur origine reste mal comprise. On a pu montrer qu'ils proviennent de sources très lointaines, dont les distances se chiffrent en milliards d'années-lumière. Leur émission pourrait accompagner la fusion de deux étoiles à neutrons. Selon une autre hypothèse, ils seraient issus de l'explosion d'étoiles de très grande masse, supérieure à 100 fois celle du Soleil, appelées hypernovae, plus cataclysmique encore que celle des supernovae.