En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

érotisme

Jean Honoré Fragonard, le Verrou
Jean Honoré Fragonard, le Verrou

Description et exaltation par l'art de l'amour sensuel, de la sexualité.

BEAUX-ARTS

Introduction

Si l'on admet, avec Marcuse, que la civilisation est fondée sur la répression de l'érotisme et, avec Freud, que l'art prend naissance dans la sublimation des pulsions libidinales, on peut comprendre que le ressort érotique de l'art lui vaille à la fois considération et méfiance : considération parce que la civilisation n'est pas concevable coupée de ses origines érotiques ; méfiance parce que sa viabilité serait sans cesse mise en demeure par le libre exercice des valeurs érotiques. Aussi le tracé de la frontière entre érotisme reçu et érotisme honni nous fournit-il le renseignement le plus précieux qui soit sur l'état d'une société donnée.

Sacré, profane

Les sociétés de l'Antiquité, tout comme les sociétés de l'Extrême-Orient, fournissent divers exemples d'intégration de l'érotisme à l'ordre de la cité. En pareil cas, les manifestations individuelles de l'érotisme, la création artistique y compris, trouvent leur place dans le cadre global de l'érotisme sacré ou civique : si l'harmonie sociale y gagne, il n'est pas certain qu'il en soit de même pour la fantaisie individuelle. L'art érotique n'y est plus qu'une partie, souvent essentielle d'ailleurs, du programme artistique de la cité. Si paradoxal que cela puisse paraître à première vue, ce n'est pas dans de telles conditions, du moins aux yeux de l'homme d'aujourd'hui, que l'érotisme et spécialement l'art érotique peuvent porter leurs fruits les plus appréciables. L'érotisme sacré ou civique, en effet, annihile le désir individuel beaucoup plus sûrement que la proscription de l'érotisme. Nié dans le second cas, l'érotisme retrouve alors sa dimension antisociale d'affirmation de l'unique face à la loi castratrice, alors qu'il est noyé dans le premier cas par la marée de la loi orgiaque. C'est donc l'érotisme profane, surtout lorsqu'il vient à se manifester au sein d'une société puritaine ou hypocrite (pour des raisons religieuses ou politiques), qui nous paraît seul susceptible de manifester cette violence explosive dont les œuvres du marquis de Sade et la Poupée de Hans Bellmer (1902-1975) constitueraient deux parfaits exemples dans la littérature et dans l'art.

Immédiat, différé

Il n'en est pas moins vrai que l'art érotique le plus élevé conserve quelque chose du sacré : il y a comme un tremblement secret dans l'approche de la sexualité telle que l'opèrent Sade ou Bellmer, Georges Bataille ou Jean Benoît, Pierre Louÿs ou Max Walter Svanberg. D'ailleurs, la Sainte Thérèse du Bernin nous rappellerait, s'il en était besoin, combien l'extase mystique est proche de l'extase érotique. Est-ce à dire que l'expression d'érotisme profane, avancée plus haut, ne doit, à aucun moment, se confondre avec une profanation de l'érotisme ? « Toute licence en amour, sauf contre l'amour », disait Maurice Barrès, ce qui pourrait passer pour la juste réponse à la question précédente. Une attitude de célébration serait en somme commune à l'érotisme sacré et à cet érotisme profane : célébration divine (ou civique) d'une part, célébration humaine (des êtres et de leurs relations amoureuses) d'autre part, ce qui accuse assez les différences. Cette attitude de célébration autorise également l'artiste à transcender la représentation immédiate des faits et gestes de l'érotisme ordinaire. À côté, par exemple, des belles peintures et gravures japonaises de l'ukiyo-e, qui multiplient ingénieusement et même gracieusement les aspects de la conjonction amoureuse, l'œuvre érotique numéro un du xxe s. la Mariée mise à nu par ses célibataires, même (Marcel Duchamp implique tout un rituel mental qui l'apparente à l'érotisme sacré de l'art tantrique indien, dans lequel la représentation des gestes de l'amour signifie quelque chose de plus que ces gestes eux-mêmes. Dans un cas comme dans l'autre, l'érotisme devient le modèle d'une démarche spirituelle impliquant un débordement des cadres étroits de la vie quotidienne. De même, la Poupée de Hans Bellmer, qui propose une mineure entièrement démontable – et remontable selon de multiples solutions – , va très au-delà des postures répertoriées par le Kama-sutra ou des recherches empiriques menées par des assassins inspirés tels que Jack l'Éventreur : nous sommes ici dans une spéculation de type métaphorique qui, par là, se détache de la plupart des dessins érotiques, extrêmement brillants cependant, du même artiste. Dans une version très différente (1936), la Poupée devient le fantasme d'une dilatation organique exaspérée.

Dévoilé, voilé

Il n'en est pas moins vrai que, si la référence aux faits et gestes amoureux cesse d'être perceptible, on sort de l'érotisme pour entrer dans le domaine de la sublimation, lequel n'a pas de limites puisqu'il comprend aussi bien les hauts faits militaires ou les œuvres d'art que les découvertes de la science ou l'ascétisme mystique. L'art érotique perdrait en effet son pouvoir de choc si sa dimension charnelle était par trop voilée. Il faut que celle-ci soit, selon le vœu d'André Breton, à la fois voilée et dévoilée. Lorsque le peintre suédois Max Walter Svanberg célèbre la femme en associant à des éléments de son anatomie d'autres éléments empruntés à la faune ou à la flore, il est en effet indispensable que les yeux, les lèvres, les seins ou les cuisses disent la séduction charnelle de la femme, faute de quoi nous resterions dans la décoration. Dans l'Exécution du testament du marquis de Sade ou le Nécrophile (en hommage au sergent Bertrand) de Jean Benoît, il importe que soit célébrée la violence érotique des héros choisis, mais également que soient restitués tout l'arrière-plan mythique de leur activité et les profondes résonances que celle-ci éveille encore en nous. Avec Roberto Matta, selon le titre d'un de ses plus célèbres tableaux, le Vertige d'Eros prend une ampleur cosmique comme s'il s'agissait de faire l'amour avec l'ensemble de l'univers. Comparées à ces sommets, où l'art érotique se confond avec l'imagination créatrice portée à son plus haut degré, les représentations les plus scabreuses des comportements sexuels (ce serait le cas, parmi tant d'autres, des scènes pédérastiques chères à Francis Bacon) prennent une signification bien différente. Selon que ces représentations se situent plus volontiers du côté de l'euphorie ou du côté de la difficulté d'être (par exemple du côté de Boucher ou du côté de Bacon), ni leur valeur de témoignage ni leur contribution à la prise de conscience d'une époque par elle-même ne pèsent du même poids. Il ne faut pourtant pas s'aveugler : les artistes commerciaux qui contribuèrent à la diffusion internationale de la « pin-up girl » au cours et au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ont apporté, eux aussi, à notre civilisation une contribution artistique et érotique qu'il serait vain de nier.