En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

tir sportif

tir à l'arc
tir à l'arc

Histoire d'un sport

Si le tir sportif, aujourd'hui discipline olympique, se structure véritablement au xixe s., il est d'origine très ancienne, puisqu'il apparaît en Europe durant le Moyen Âge.

Origines

Le tir sportif a vu le jour en France le 3 avril de l'an de grâce 1369, lorsqu'un édit, promulgué par Charles V en pleine guerre de Cent Ans, recommanda les jeux de l'arc et de l'arbalète. Pour la première fois des concours de tir sur cible étaient officialisés et codifiés. À la fin du xve s., des compagnies d'arquebusiers furent créées afin de se mesurer lors de concours de tir fort prisés. Cette tradition ne s'est jamais démentie au cours des siècles. Elle a conduit en 1866 à la création des premières sociétés civiles. Proches des principes régissant les clubs actuels, ces sociétés organisaient des championnats départementaux, régionaux, puis nationaux suivant des règles très précises.

Les fédérations de tir

En 1886, l'Union des sociétés de tir de France voit le jour. Elle deviendra l'actuelle Fédération française de tir en 1967 ; celle-ci gère aujourd'hui toutes les disciplines de tir à la cible ainsi que les disciplines olympiques de tir sur plateaux. Elle compte près de 150 000 licenciés répartis dans 2 300 associations, et fait partie des dix plus importantes fédérations sportives françaises. Grands pourvoyeurs de médailles, les champions français sont souvent à l'honneur lors des jeux Olympiques, qui ont inscrit à leur programme le tir sportif depuis leur renouveau en 1896.

Au plan mondial, l'UIT (Union internationale de tir) regroupe plus de 130 nations et compte plus de 50 millions de licenciés. Ceci en fait un puissant organisme de la scène sportive mondiale. Quantitativement, les nations les plus représentées sont les États-Unis, la Russie et l'Allemagne, qui comptent chacune plusieurs millions de licenciés. Au plan européen, c'est la CET (Confédération européenne de tir) qui chapeaute les épreuves.

Les disciplines

Le tir sportif comprend une cinquantaine de disciplines, dont treize sont inscrites au programme des jeux Olympiques. Deux domaines doivent être distingués : le tir sur cibles utilisant des armes à canon rayé (carabine et pistolet), et le tir sur plateaux, plus connu sous l'ancien vocable de ball-trap, qui utilise des armes à canon lisse (fusils de chasse).

Sur un plan purement sportif, les tireurs sur cibles sont nettement majoritaires, notamment depuis le développement du tir à air comprimé. Beaucoup plus accessible financièrement, car les clubs peuvent facilement mettre à disposition des armes peu onéreuses et quasiment inusables, le tir à air comprimé se pratique en salle ou en gymnase. Il est par ailleurs tout à fait écologique : c'est un tir silencieux et qui ne cause aucune nuisance. Enfin, le tir à air comprimé permet aux enfants d'accéder à partir de neuf ans aux écoles de tir, et ce sans le moindre risque.

En raison des « outils » utilisés pour sa pratique, le tir sportif est une activité rigoureusement réglementée par la loi et strictement contrôlée par les instances officielles qui en ont la charge. Sécurité et maîtrise de soi sont les maîtres mots du tir sportif. L'habileté gestuelle nécessaire demande une extrême précision, une connaissance de soi ainsi qu'une hygiène de vie rigoureuse, et exclut toute connotation agressive.

La carabine

Le tir à la carabine se pratique à 10 mètres ou à 50 mètres. La position du tireur et le nombre de coups alloués varient.

10 mètres

Le tir à la carabine est une discipline olympique chez les hommes et les femmes. Il se pratique avec une carabine à air comprimé ou à cartouche de gaz carbonique d'un calibre de 4,5 mm. Le programme de tir est de 60 plombs tirés chacun sur un carton (ou sur une cible électronique dans les grandes épreuves) en 1 h 45 pour les hommes et de 40 plombs en 1 h 30 pour les femmes. La cible a un diamètre de 4,55 cm et le 10, cercle concentrique situé au centre de la cible, est de 0,5 mm (soit le quart d'une tête d'épingle !). À l'issue du match éliminatoire, les huit meilleurs disputent une finale sur dix coups. Chaque coup est alors évalué au dixième de millimètre et ajouté au score antérieur.

C'est incontestablement la discipline dans laquelle les Français se défendent le mieux. Depuis l'apparition du 10 mètres aux jeux Olympiques de 1984, les tireurs d'élite français sont toujours montés sur le podium (Philippe Héberlé, médaille d'or en 1984, Nicolas Berthelot puis Franck Badiou, médailles d'argent en 1988 puis en 1992, Jean-Pierre Amat, médaille de bronze en 1996). Ce sans compter de nombreux titres et records mondiaux et européens. Les femmes sont également récompensées : Christine Chuard a été vice-championne du monde 1994, et Valérie Bellenoue quatrième aux jeux Olympiques 1996 et championne du monde juniors en 1994.

50 mètres

On distingue le 60 balles couché, ou « match anglais » (discipline olympique chez les hommes) et le « trois positions » (discipline olympique chez les hommes et chez les femmes).

60 balles couché

On utilise une carabine libre de petit calibre (22 Long Rifle). Le programme impose le tir de 60 coups en position couchée. Les finales se disputent toujours couché, suivant les mêmes modalités qu'à 10 mètres chez les hommes, en grande compétition. La durée du concours est de 1 h 30. Le plus grand champion français est l'Alsacien Michel Bury, vice-champion olympique en 1984 et troisième des championnats du monde en 1994, à plus de quarante ans.

Trois positions

Le « trois po » est sûrement la discipline la plus difficile et la plus admirée dans le monde du tir sportif. Les tireurs doivent en effet tirer couché, debout puis un genou à terre. Un véritable triathlon qui couronne les champions les plus complets. Il comprend le 3 x 40 et le 3 x 20.

3 x 40

Le programme se compose de 120 coups, divisés en trois séries de 40 coups : 40 coups en position couchée en 1 h 30, 40 coups en position debout en 2 heures, 40 coups en position agenouillée en 1 h 45. La finale se fait en 10 coups, suivant les mêmes modalités qu'à 10 mètres en tir debout. Le trois positions est une discipline olympique chez les hommes, et requiert une carabine 22 Long Rifle. Le Savoyard Jean-Pierre Amat est devenu champion olympique du « trois po » aux Jeux d'Atlanta en 1996 en améliorant le record de France et le record olympique.

3 x 20

Le 3 x 40 est une discipline olympique chez les femmes. Il comporte le même programme que chez les hommes, mais divisé par deux. De 120 coups au total on passe à 60, le temps total de compétition étant de 2 h 30.

Cible mobile 10 mètres

Discipline olympique chez les hommes, le tir sur cible mobile à 10 mètres fait l'objet de championnats du monde chez les femmes. Il requiert une carabine à air comprimé équipée d'une lunette de visée (grossissement x 4). Le programme se déroule de la manière suivante : deux cibles parcourent simultanément une distance de 2 mètres en deux vitesses de passage (5 puis 2,5 s). Le Dix est de 5,5 mm. 30 coups sont tirés en vitesse lente, puis 30 coups en vitesse rapide. En finale, 10 coups supplémentaires sont tirés en « rapide ».

Tir de précision sur appui

Appelée communément « Bench Rest », cette forme de tir consiste à réussir des groupements de tir les plus rapprochés possible sur la cible. Le tireur est en appui et l'arme repose sur un trépied. Les armes sont de gros calibre et de très haute précision. Les cibles sont situées à 100 m, 200 m et 300 m. Outre-Atlantique, il existe même des compétitions à 1000 m ou 1200 yards.

Arbalète 10 mètres

Le tir à l'arbalète à 10 mètres fait l'objet de championnats du monde. L'arbalète match connaît un succès grandissant. Le programme de tir et les données techniques sont très voisins de la carabine à air comprimé. La tension de l'arc est de 80 kg et le trait mesure 10 cm de long ; le dix a un diamètre de 1 mm.

Pistolet 10 mètres

Le tir au pistolet à 10 mètres est une discipline olympique chez les hommes et chez les femmes. On utilise pour l'épreuve un pistolet à air comprimé ou à gaz carbonique de 4,5 mm. Le programme de tir est identique à celui de la carabine, mais avec une cible plus grosse (dix : 11,5 mm) et un temps un peu plus long (2 heures pour les hommes). En France, le jeune sociétaire des Mouettes de Royan, Franck Dumoulin, champion du monde en 1994, est l'un des champions mondiaux de la spécialité.

Vitesse olympique

La tir de vitesse est une discipline olympique. Il requiert un pistolet 22 Long Rifle court. Le tir s'effectue sur 5 cibles pivotantes situées à 25 m. Le programme comporte 60 coups, décomposés en deux séries de 30 coups. Chaque série comporte 2 x 5 coups tirés en 8 s, 2 x 5 tirés en 6 s, 2 x 5 tirés en 4 . Une finale en 2 x 5 coups en 4 s départage les meilleurs.

Pistolet sport

Discipline olympique pour les femmes, le pistolet sport fait l'objet de championnats du monde pour les hommes. L'arme utilisée est un pistolet 22 Long Rifle, 32 ou 38. Le programme consiste en 30 coups en précision (6 séries de 5 balles en 6 min) ; 30 coups en vitesse (6 séries de 5 balles avec 3 s de visée pour chacune).

Libre

Discipline olympique pour les deux sexes, le tir libre utilise un pistolet 22 Long Rifle. Le programme consiste en 60 coups tirés à 50 m. La finale se fait suivant les modalités du 10 mètres.

Silhouettes métalliques

Le tir sur silhouettes métalliques est une discipline très spectaculaire nécessitant un pistolet, un revolver de gros calibre ou 22 Long Rifle à canon court. Les distances varient de 25 à 200 m et les cibles métalliques doivent être renversées pour être comptabilisées. Le programme comporte 40 coups : 10 coups sur « poulet » (chicken) à 25 ou 50 m, 10 coups sur « sanglier » (javelina) à 50 ou 100 m, 10 coups sur « dindon » (turkey) à 75 ou 150 m, 10 coups sur « mouflon » (ram) à 100 ou 200 m.

Armes anciennes

À la fois collectionneurs et tireurs, les tenants de cette discipline utilisent soit des armes anciennes authentiques soit des répliques parfaitement fidèles. Les armes sont des mousquets à mèche, pistolets de duels, fusils à silex, se chargeant par la bouche à l'aide de poudre noire et sont pour la plupart d'une précision étonnante. Du Japon aux États-Unis en passant par l'Europe, les passionnés sont fort nombreux.

Le tir aux plateaux

Le tir aux plateaux relève du domaine des armes lisses (fusils de chasse). Le premier fusil de chasse fut offert à Louis XIV et les premiers concours de tir aux plateaux (des boules de glaise à l'époque) datent de cette période (fin du xviie s.).

La fosse olympique

La fosse olympique est une discipline olympique chez les hommes. Le programme consiste en 200 plateaux tirés à partir de 5 groupes de 3 appareils de lancement qui distribuent les plateaux suivant un angle et une vitesse inconnus du tireur. Celui-ci occupe successivement 5 postes de tir situés à 15 m de la fosse. Les six meilleurs tireurs tirent une ultime série de 25 plateaux pour se départager. En cas d'ex-aequo, on procède à la « mort subite » : chaque tireur tire un plateau jusqu'à ce que l'un d'entre eux le rate.

Skeet olympique

Le skeet est une discipline olympique chez les hommes. Le programme est le suivant : deux cabanes de lancement distantes de 40 m envoient des plateaux simples ou doubles (un en simultané de chaque cabane) suivant des trajectoires définies. Les tireurs se déplacent sur sept postes de tirs placés sur un demi-cercle. Un huitième poste est placé au centre du demi-cercle. La finale remet en lice les six meilleurs pour une ultime série de 25 plateaux.

Le double trap

Le double trap est une discipline olympique chez les hommes et les femmes. Le programme suit globalement les mêmes principes que la fosse olympique, avec cette différence essentielle que 2 plateaux sont envoyés simultanément.