En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

tennis de table

Tennis de table
Tennis de table

Sport voisin du tennis dans son principe (nécessitant raquette, filet) et où le court est remplacé par une table de dimensions standardisées. (Synonyme : ping-pong.)

Comme son nom l'indique, le tennis de table (appelé aussi ping-pong, d'après le bruit que fait la balle en frappant successivement la table et la raquette) est une imitation en miniature du tennis proprement dit : la table remplace le court, la raquette et la balle sont de dimensions réduites.

1. Historique

Le tennis de table aurait été inventé à la fin du xixe s. en Angleterre par des sportifs réduits à l'inaction par le mauvais temps ; sur une table de salle à manger, ils se seraient mis à se renvoyer une balle de liège qu'ils auraient frappée avec des raquettes de volant, une planche posée de chant remplaçant le filet.

Les premiers championnats nationaux se disputèrent en Hongrie en 1897, et le jeu ne tarda pas à être adopté par les pays voisins. On jouait aussi beaucoup en Angleterre, où furent d'ailleurs fixées les premières règles.

La Fédération internationale de tennis de table fut créée en 1926 et, depuis lors, le jeu n'a pas cessé de se développer, dans tous les pays du monde. Parmi les nations comptant le plus grand nombre de joueurs officiels, la Chine et la Russie viennent en tête, suivies par l'Allemagne, l'Indonésie, le Japon et la Grande-Bretagne. La France a environ 150 000 licenciés.

2. Les installations et l'équipement

2.1. La table et la balle

La table est une surface rectangulaire de 274 cm de longueur sur 152,5 cm de largeur.

La surface supérieure du plateau doit se trouver à une hauteur de 76 cm du sol.

Le filet, qui sépare la surface de jeu en deux parties égales dans le sens de la largeur, mesure 183 cm de longueur, y compris les supports, et 15,25 cm de hauteur.

Une ligne blanche de 2 cm de large marque le bord de la table et le rend plus visible. Lorsque l'on joue en double, une ligne de 3 mm sépare la surface de jeu en deux parties égales dans le sens de la longueur.

La balle est en celluloïd, de couleur blanche ou orange, et ronde ; son poids est légèrement supérieur à 2,5 g ; son diamètre, initialement de 38 mm, est passé à 40 mm depuis le 1er octobre 2000. Les instances internationales ont en effet décidé d'augmenter la taille de la balle afin de ralentir sa vitesse et de permettre ainsi aux spectateurs de mieux suivre les échanges.

2.2. La raquette

Aucun règlement ne fixe les dimensions de la raquette, qui est en bois recouvert, en général, d'une plaque de caoutchouc à picots. L'épaisseur de ce revêtement est de 2 mm maximum sur chaque face. On est également autorisé, depuis le congrès de Dortmund en 1959, à mettre une couche de caoutchouc mousse sous la couche extérieure (épaisseur totale maximum 4 mm).

La grosseur du manche, non fixée officiellement, est importante, un manche trop mince risquant de provoquer, par exemple, une crispation des muscles.

La raquette de mousse, interdite aujourd'hui, est une invention asiatique. Le Japonais Satoh, qui enleva le championnat du monde en 1951, à Bombay, surprit tous ses adversaires européens en jouant avec cette raquette, inconnue jusqu'alors, et qui souleva pendant des années d'ardentes controverses.

3. Les règles du jeu

Un set se joue en 11 points. En cas d'égalité à 10, les joueurs continuent jusqu'à ce que l'un d'eux ait une avance de 2 points.

Le service change tous les 2 points, sauf à partir de « 10 partout », où le changement a lieu à chaque point.

En 1936, à Prague, le Polonais Ehrlich et le Roumain Paneth établirent le record de durée pour 1 point en échangeant la balle pendant 125 minutes. La même année, à Prague également, aux championnats du monde, le Français Haguenauer et le Roumain Marin tirèrent à pile ou face le gain de la partie après avoir joué durant 7 heures 30 minutes. La Fédération internationale de tennis de table décida alors de prendre des mesures pour éviter de semblables marathons.

Elle décréta, d'une part, l'abaissement du filet de 1,50 cm et, d'autre part, fixa la durée maximale d'un set à 20 minutes. Cette durée a été encore abaissée depuis, et fixée à 15 minutes.

Si un set n'est pas terminé à l'expiration de ce délai, compte tenu des déductions de temps motivées par un incident tel que balle cassée, panne d'éclairage, chute, etc., l'arbitre arrête le jeu en déclarant : « Balle à remettre ! », et avertit les joueurs que le set en cours va continuer selon la règle dite règle d'accélération.

Cette règle, d'origine américaine, est très simple : le serveur doit obligatoirement remporter l'échange en 13 coups au maximum (y compris le service) ; sinon il perd le point. Le joueur qui servait lors de l'interruption du jeu sert de nouveau pour le premier point, puis le service change à chaque point. Lorsque cette règle a été appliquée dans un set, elle doit l'être sans interruption dans les sets suivants, jusqu'à la fin du match.

Pour le service, le serveur doit frapper la balle de telle sorte qu'elle tombe d'abord de son côté, puis qu'elle rebondisse par-dessus le filet pour retomber chez l'adversaire.

On doit préciser que la volée est un coup banni du tennis de table, la balle ne pouvant être reprise qu'après avoir touché la surface de jeu.

Les différents coups sont, en dehors du service: le coup droit, le revers, la poussette, le smash, le top spin, la défense et le Flig.

En double, les joueurs frappent la balle à tour de rôle. Par ailleurs, une ligne blanche séparant la table en deux parties égales dans le sens de la longueur, la balle doit, au service, toucher d'abord la partie droite de la table, côté du serveur, et rebondir dans la partie droite, côté du relanceur.