En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

sociologie du développement

Étude des rapports sociaux et du changement social liés aux transformations économiques, notamment dans les pays en développement.

ÉCONOMIE

Contrairement au terme « croissance », qui implique l'élévation des principales grandeurs caractérisant un état économique donné, celui de « développement » (amélioration qualitative et durable d'une économie et de son fonctionnement) exige des aspects qualitatifs plus précis : le bien-être de la population, dans son ensemble, se trouve amélioré et son état social globalement en progrès.

Le développement est la caractéristique dominante de l'évolution de l'économie mondiale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il exige un important effort d'investissement en vue d'accroître le potentiel de production et une programmation ou une planification pour orienter les choix, les actions et les structures. Les pays industrialisés ont connu entre 1950 et 1970 une période de développement exceptionnelle, contrairement aux pays dits du « tiers monde ». Ce sous-développement a suscité diverses analyses et stratégies pour y remédier ; en particulier, l'industrialisation intensive des pays en développement tend à être mise de nos jours au second plan, alors qu'est privilégiée la prise en main de leur propre développement par ces pays eux-mêmes.

Si la restauration des termes de l'échange international (conventions de Lomé) continue d'être prônée, assurant aux pays de meilleures ressources d'exportation, des politiques de développement autocentré sont par ailleurs préconisées. Elles conseillent une diminution – au moins relative – de l'échange international, préconisent une intensification des échanges entre les pays en développement (dialogue « Sud-Sud »), recommandent l'utilisation optimale des ressources naturelles et humaines de ces pays et prônent la limitation des cultures d'exportation (dont la trop grande importance peut affaiblir les cultures réservées à l'autosubsistance des populations autochtones) et l'amélioration de l'agriculture par des moyens strictement adaptés aux réalités locales.

Une grande partie de l'aide au développement passe par les organismes spécialisés de l'O.N.U. – Programme des Nations unies pour le développement (P.N.U.D.), Fonds international de développement agricole (F.I.D.A.), Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (F.A.O.), Organisation mondiale de la santé (O.M.S.) –, les institutions financières internationales (Fonds monétaire international (F.M.I., Banque mondiale, etc.), des organismes régionaux (Comité d'aide au développement de l'O.C.D.E., Fonds européen de développement de l’Union européenne), ou encore par des accords bilatéraux.

Pour en savoir plus, voir l'article pays en développement.