Identifiez-vous ou Créez un compte

sectarisme

Attitude intransigeante de quelqu'un qui impose son opinion et se ferme à celle d'autrui.

S’accrocher à ses préjugés, résister à l’argumentation, rejeter les vérités molles qui ne sont que des demi-vérités : le sectarisme ne se réduit pas à ces poncifs. En figeant le sens une fois pour toutes, il lui dénie toute dynamique, n’admettant pas l’idée que le sens puisse s’atténuer, se perdre, et qu’il faille le retrouver, non comme une évidence mais comme une conquête. Il préfère l’exclusion des hérétiques et l’instillation de la peur plutôt que l'absence de repères. Il privilégie l’observance rigoureuse de la lettre, du rite, des codes. L’observance signe l’appartenance qui anime la mécanique sectaire. Secte au sens propre ou par métaphore, le groupe clos sur lui-même cultive une mentalité d’assiégé perpétuel entretenant un sentiment de vulnérabilité pour renforcer une cohésion défensive. Loin d’être incompatible avec le prosélytisme, cette tactique de repli donne au zèle à convertir l’apparence d’une protection contre le monde extérieur.

Le sectarisme érige une citadelle dans un univers labile où les références sont devenues floues. Le bastion idéologique, dogmatique, dont il possède les clés s’accommode de la volatilité des réseaux informatiques et financiers modernes, puisqu’il peut y recruter de nouveaux adeptes – il n’y a aucun sens à être sectaire seul. Lien entre le collectif et le singulier, entre l'intérieur et l'extérieur, qu'il s'incarne en un gourou ou en un chef, il dépasse les tensions et élimine le doute. Toute conduite à tenir se trouve consignée dans une grille de lecture qui s'impose à chaque membre du groupe.

Le sectarisme n’est pas l’intolérance, car il peut habilement afficher des idéaux de parfaite tolérance et s’affirmer persécuté par les « intolérants ». Il évite les contradictions qui faisaient écrire à Voltaire, dans son Traité sur la tolérance : « Le droit de l’intolérance est absurde et barbare ; c’est le droit des tigres et il est bien horrible, car les tigres ne déchirent que pour manger, et nous nous sommes exterminés pour des paragraphes. »