En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

restauration

(bas latin restauratio)

Ensemble des actions visant à interrompre le processus de destruction d'une œuvre d'art ou d'un objet quelconque témoignant de l'histoire humaine, à consolider cette œuvre, cet objet afin de le conserver et, éventuellement, à le rétablir plus ou moins dans son aspect originel.

BEAUX-ARTS ET ARCHÉOLOGIE

Quel que soit le matériau de l'œuvre, de l'objet, divers agents de détérioration, d'ordre chimique (gaz nocifs des atmosphères polluées, particules minérales très pénétrantes), physique (variations climatiques, auxquelles on remédie, dans les musées, par l'usage d'appareils appropriés) et biologique (bactéries), se retrouvent comme des constantes.

Chaque objet et chaque matière pose un problème spécifique de restauration. Pour tout objet, cependant, on tend aujourd'hui à respecter les trois règles suivantes : lisibilité de l'œuvre, stabilité dans le temps, réversibilité des matériaux utilisés pour le traitement. Reste ouverte la question de savoir s'il faut conserver les modifications, additions et restaurations antérieures, ou, au contraire, les abolir (dérestauration) afin de restituer à l'œuvre, dans la mesure du possible, son état primitif. Chaque cas appelle une solution particulière, que choisissent les services compétents des Monuments historiques ou de la direction des Musées de France, l'un et l'autre dotés d'ateliers de restauration et d'un laboratoire de recherche : celui des Monuments historiques (à Champs-sur-Marne) est plus spécialement chargé des secteurs de la pierre, du vitrail, du bois, de la peinture murale ; celui des Musées de France (au Louvre et à Versailles) a la charge des tableaux de chevalet, sculptures et autres objets des collections publiques.

Pour ce qui est des réparations à effectuer, grâce au concours des méthodes scientifiques les plus avancées, des techniques variées et délicates ont été mises au point, des produits efficaces et de moindre danger pour les œuvres, élaborés. Avant toute intervention, des moyens d'investigation non moins scientifiques permettent de déterminer la constitution physique et chimique de l'objet à traiter, en même temps qu'une documentation historique approfondie est rassemblée par le restaurateur. Mais l'essentiel demeure la qualification de ce dernier : depuis 1979, l'I.F.R.O.A. (Institut de formation des restaurateurs d'œuvres d'art) assure pour la profession un enseignement de haut niveau (à Saint-Denis depuis 1996).