En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

propergol

(de propulsion et ergol)

Produit constitué par un ou plusieurs ergols, séparés ou réunis pour former un mélange (ou un composé) apte à fournir par réaction chimique l'énergie de propulsion d'un moteur-fusée.

Un moteur-fusée fonctionne en transformant en énergie cinétique l'énergie dégagée lors de la réaction chimique entre deux composés : un oxydant et un réducteur, appelés respectivement comburant et combustible. Ces substances, dont la réaction assure la propulsion, sont appelées propergols. Selon la nature du couple comburant/combustible, on distingue des propergols solides et des propergols liquides.

Propergols liquides

Les propergols les plus fréquents sont des diergols, c'est-à-dire à deux liquides, l'un comburant et l'autre combustible, stockés séparément.

Le couple de propergols doit assurer une impulsion spécifique importante, et avoir une température de combustion élevée produisant un gaz de faible masse molaire. De plus, pour faciliter le stockage, leur masse volumique ne doit pas être trop faible. On distingue ainsi les ergols qui peuvent être conservés à température ambiante plusieurs jours, comme le tétraoxyde d'azote ou l'UDMH (diméthyl-hydrazine dissymétrique), et les ergols cryotechniques, qui nécessitent un stockage à très basse température. Par exemple, l'oxygène, comburant cryogénique dont la température d'ébullition est de − 183 °C, ne peut pas rester longtemps dans un réservoir, et doit être rapidement vidangé en cas de report du tir.

Les couples de propergols peuvent être hypergoliques, c'est-à-dire qu'ils entrent spontanément en réaction dès qu'ils se trouvent en contact. C'est le cas du couple tétraoxyde d'azote/UDMH, dont la température de combustion est de 2 800 °C pour une vitesse d'éjection de 2 900 m/s dans le vide.

Propergols solides

Les propergols solides sont des matériaux combustibles mais stables à température ordinaire. On distingue des propergols homogènes et des propergols hétérogènes, ou composites.

Les propergols homogènes, comme la nitrocellulose, sont des composés chimiques dont la combustion a une impulsion spécifique assez réduite. Leur discrétion justifie leur utilisation par les engins militaires de type tactique.

Les propergols composites sont formés par un combustible, généralement un sel minéral, finement disséminé dans la masse de comburant, souvent du perchlorate d'ammonium. Ainsi, l'aluminium est le combustible des propulseurs d'appoint de la navette spatiale américaine. L'ensemble est lié et stabilisé par un liant organique, tel que le polybutadiène ou le chlorure de vinyle. Le mélange est préparé et moulé sous forme de pains allant de quelques grammes à 500 t dans le cas des propulseurs à poudre de la navette spatiale. La forme des pains de poudre déterminera la progression de la combustion : formes cylindriques pour une poussée progressive, en étoile, à ailettes pour une double poussée.

Pour doper les performances des propergols solides, on y incorpore parfois une faible quantité d'explosif. L'impulsion spécifique en est améliorée, mais au détriment de la stabilité et de la résistance à l'humidité.

Les propergols solides sont stables et facilement stockables. Ils présentent cependant un inconvénient majeur : une fois la combustion commencée, rien ne peut l'arrêter.

Les propergols liquides sont moins stables et d'un maniement plus délicat que les propergols solides. L'hydrazine est, par exemple, un composé très corrosif, et l'UDMH, utilisé pour le premier étage d'Ariane, est un composé très toxique.

La recherche de propergols utilisables par les statoréacteurs des futurs avions supersoniques suppose de mettre au point un couple fonctionnant en milieu aérobie et anaérobie ; on utiliserait ainsi une première combustion dégageant des gaz primaires réducteurs pour permettre ensuite une seconde combustion à partir de l'oxygène de l'air. Ce type de propulsion assure de très hautes impulsions spécifiques, mais s'avère techniquement complexe et difficile à maîtriser.