En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

physiocratie

Planche extraite de l'Encyclopédie : agriculture et labourage
Planche extraite de l'Encyclopédie : agriculture et labourage

Doctrine présentant une théorie générale de la société et reposant sur deux conceptions essentielles, l'une de caractère philosophique, celle de l'« ordre naturel », l'autre de caractère économique, celle du « produit net ».

La base du système physiocratique est la doctrine de l'ordre naturel, selon laquelle il existe des lois naturelles absolues, immuables et universelles, les meilleures qui se puissent concevoir. La tâche des gouvernements devra se limiter à les faire respecter et, tout particulièrement, à maintenir la propriété et la liberté.

La doctrine du produit net est exposée par Quesnay dans son Tableau économique. Selon lui, l'argent n'est qu'un intermédiaire ; la vraie richesse découle d'un produit net consommable, c'est-à-dire d'une portion excédant les dépenses engagées pour l'obtenir. Ce produit net n'existe ni dans l'industrie ni dans le commerce ; seule l'agriculture le fournit et, à ce titre, mérite d'être qualifiée de productive. Cette théorie conduit les physiocrates à proposer le libre jeu des initiatives individuelles et à préconiser un impôt direct et unique mis à la charge des seuls propriétaires fonciers.

Du point de vue de la pensée politique, les physiocrates croient en l'existence de lois naturelles, et le droit de propriété leur apparaît comme un droit naturel. Ils sont partisans de la monarchie absolue tout en revendiquant une grande liberté économique. Outre Quesnay, les principaux physiocrates furent le marquis de Mirabeau, Dupont de Nemours, Lemercier de La Rivière et Turgot.