En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

minoen

Pendentif aux abeilles
Pendentif aux abeilles

L'une des tranches chronologiques de l'histoire crétoise ancienne.

ARCHÉOLOGIE

La civilisation minoenne apparaît à la suite d'un néolithique à évolution relativement lente (6000-vers 2600 avant J.-C.). Vers le milieu du IIIe millénaire intervient en Crète la « révolution du bronze » ; sans marquer de rupture, elle semble liée à un apport de population nouvelle. Sir A. Evans a donné un cadre chronologique fondé sur trois grandes périodes, elles-mêmes subdivisées en trois phases : minoen ancien ou prépalatial (environ 2600-2000) ; minoen moyen ou protopalatial (2000-1600) et minoen récent ou néopalatial (environ 1600-1100 avant J.-C.).

Le minoen ancien

Dans une Crète villageoise, les céramiques anciennes sont associées à d'autres formes influencées par les modèles en métal d'Anatolie, alors que la vaisselle de pierre reste abondante ; on note la présence de poignards en cuivre et de bijoux d'or, ainsi que l'usage de sceaux.

Le minoen moyen

Évolution sociale, nouvelle forme de vie religieuse, expansion commerciale sont à l'origine de l'épanouissement artistique. Les premiers complexes palatiaux sont construits dans des agglomérations sans fortification (Malia, Cnossos, Phaistos). Végétaux et animaux marins foisonnent dans le décor des céramiques dites du style de Camarès ; glyptique et parure attestent la virtuosité de leurs créateurs. Anéantie vers 1700 avant J.-C., cette civilisation connaît ensuite une splendeur nouvelle. Les grands palais au plan canonique sont construits autour d'une cour centrale, utilisée pour les fêtes du taureau, et d'un sanctuaire dédié à une déesse mère ; corridors et puits de lumière créent des liens entre les divers niveaux. La complexité de cette architecture est sans doute à l'origine de la légende de Dédale. Vers 1600, la plupart des ensembles palatiaux sont ornés de fresques.

Le minoen récent

Observation de la nature et liberté d'expression caractérisent l'art pictural dont plusieurs exemples (musée d'Iráklion) nous sont parvenus (singe dans un paysage, scène de tauromachie, de boxe provenant de Cnossos, procession funéraire sur le sarcophage d'Hagia Triada.). Des rhytons en forme de tête de taureau confirment l'importance religieuse du fauve. Cette vie religieuse nous est connue aussi par les scènes gravées sur les innombrables sceaux, par des statuettes en faïence de déesse aux serpents, ou d'autres en bronze représentant des orants. Le bronze sert aussi à fabriquer les armes et les doubles haches, importants symboles religieux.

Le monde minoen survécut à grand-peine à la destruction (vers 1450) simultanée des grands centres palatiaux, due à une éruption volcanique, puis Cnossos succomba à un raid (vers 1375 avant J.-C.) venu de Grèce.