En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

exploitation

Exploitation d'un gisement par découverte
Exploitation d'un gisement par découverte

Action d'assurer la production d'une matière, d'un minerai, d'un produit, etc.

MINES

Exploitation à ciel ouvert

On commence par enlever les matériaux stériles qui surmontent le minerai (découverture), puis on récupère le minerai (exploitation proprement dite). Selon la disposition des zones minéralisées, on utilise :
1° La découverte, lorsque le gisement est stratiforme, peu profond et s'étend sur une grande surface horizontale. La découverture commence alors par une tranchée ouverte dans le recouvrement stérile sur toute la largeur du panneau à exploiter jusqu'au toit de la minéralisation et élargie progressivement vers les extrémités du panneau (front de découverture). L'exploitation du minerai se fait de la même façon, à partir d'une tranche initiale qui progresse parallèlement à la découverture (front d'exploitation), les stériles étant remis en place au fur et à mesure pour combler l'excavation (front de remblayage).
2° La fosse, ou le cratère, lorsque le gisement s'enfonce dans le sous-sol avec une extension latérale réduite. La découverture porte alors sur tout le volume du cône qui constitue la fosse. Tous les matériaux stériles sont évacués hors de la fosse et stockés (pour remblayage éventuel du trou). Cette méthode est réservée aux filons, aux couches fortement pentées et aux amas. L'inclinaison sur l'horizontale des parois de la fosse, doit, pour des raisons de sécurité, être limitée (30 à 70°, selon la nature des roches). Le taux de découverture s'accroît très vite avec la profondeur, ce qui limite l'intérêt économique de la méthode.

Un cas particulier des exploitations à ciel ouvert concerne les placers.

Exploitation en souterrain

Il faut, à chaque instant, y assurer la stabilité d'un grand nombre d'ouvrages (puits et galeries d'accès, chantiers de production, cheminées d'aérage, etc.). Le coût du soutènement et de la surveillance de toutes les parois conduit à se débarrasser de toute excavation qui n'est plus utile, soit en en condamnant l'accès (chambres vides), soit en comblant les vides définitivement par des matériaux stériles ou temporairement par le minerai lui-même (remblayage), soit encore en provoquant l'éboulement des bans sus-jacents (foudroyage).

Le choix entre ces différentes méthodes (et leurs variantes) prend en compte, pour chaque gisement, la forme des zones minéralisées, les caractéristiques mécaniques de la roche (minerai et épontes) et le type de résultat recherché en priorité : coût réduit, récupération ou sélectivité.