En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

empathie

(du grec pathos, passion, souffrance, maladie)

Faculté intuitive de se mettre à la place d'autrui, de percevoir ce qu'il ressent.

PHILOSOPHIE

L'empathie est fondée sur un accord spontané avec le ressentir de l'autre. Cette participation affective peut donner lieu à une fusion affective. Si elle se double d'un sentiment de réciprocité affective, elle devient sentiment de sympathie.

La notion apparaît dans les textes de Max Scheler, notamment dans Nature et formes de la sympathie.

PSYCHOLOGIE, PSYCHIATRIE

L'empathie, plus que la sympathie, qui repose sur une similitude harmonieuse de sentiments, est un phénomène permettant de « se mettre à la place » de l'autre. L'apprentissage social favorise son développement en permettant l'acquisition de réactions codifiées (règles de politesse, fêtes avec échanges de cadeaux, réactions altruistes, etc.). Le défaut d'empathie s'observe chez certains sujets froids et fermés, schizoïdes ou obsessionnels. Son absence ou son exagération chez un sujet jeune annoncent parfois l'installation d'un processus schizophrénique. Les oscillations de l'empathie, avec passage d'un extrême à l'autre, constituent la toile de fond du caractère cyclothymique (alternance de périodes d'excitation et de dépression) ; elles sont néanmoins banales au cours de l'adolescence.