En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

constitution

Composante statique et invariable retenue par la typologie homéopathique. (L'autre composante étant le tempérament, considéré comme évolutif et variable.)

HOMÉOPATHIE

L. Vannier a décrit trois constitutions de base : carbonique, phosphorique, fluorique en s'appuyant sur l'inégalité de répartition des principaux sels de calcium présents dans l'organisme. Il a su, en outre, établir de fructueuses correspondances entre constitutions et diathèses.

Les adultes de constitution carbonique sont caractérisés par leur silhouette trapue, la raideur de leurs mouvements. Leur esprit est pratique, opiniâtre mais dépourvu de toute originalité. Ils sont rarement souffrants mais les affections qui les touchent sont brutales et graves et ils sont particulièrement menacés dans le domaine cardio-vasculaire.

Les traits essentiels de la constitution fluorique sont l'asymétrie et l'irrégularité tant dans la silhouette et les gestes que dans l'humeur, ce qui les entraîne dans des conflits de tous ordres. Les adultes fluoriques sont incapables d'efforts soutenus mais ils ont souvent de réels talents d'orateur. Ils sont moins résistants aux agressions que les carboniques.

La constitution phosphorique se distingue par sa grande variabilité et son charme indéniable. Longilignes ayant une musculature peu développée, les adultes phosphoriques ont des gestes gracieux, jamais fonctionnels. Ils sont caractérisés par leur goût pour la spéculation intellectuelle mais leur humeur alterne entre phases d'excitation et phases de dépression.

Ces trois types, à l'état pur, ne sont que des notions théoriques : le type de chaque individu est unique, étant la somme des différentes tendances constitutionnelles qui l'habitent ; mais, habituellement, l'une d'entre elles prédomine.