En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

cirque

(latin circus, cercle)

Pyrénées, le massif de la Maladeta
Pyrénées, le massif de la Maladeta

Dépression de forme semi-circulaire, à bords raides, due à l'érosion glaciaire, à l'amont d'un glacier.

GÉOMORPHOLOGIE

La formation des cirques (correspondant toujours à la partie haute des glaciers, à leur zone d'alimentation) a fait l'objet d'importantes discussions. On s'accorde aujourd'hui à attribuer un rôle prédominant à la gélivation de la roche sur leurs bords et sous le névé. L'écoulement de la glace, qui commande la poursuite du creusement du cirque, reste cependant mal connu. Il semble qu'il s'effectue par rotation, les couches profondes remontant vers la surface, à la sortie du cirque, ce qui leur permettrait d'entraîner les quartiers de roche soudés à la glace par l'eau qui a gelé dans les diaclases. Ainsi se surcreuseraient les cirques, ce qui donne une contrepente (verrou) à l'extrémité aval du cirque. Lorsque la glace a fondu, il se forme, dans ce cas, un lac de cirque. De tels lacs sont très favorables à l'équipement hydroélectrique (centrales de haute chute). Un glacier qui n'est pas assez abondant pour émettre une langue à l'extérieur du cirque qu'il occupe est un glacier de cirque.