En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

centrisme

Attitude ou conception politique reposant sur le refus des positions extrêmes.

Une idéologie pragmatique

Sociologiquement, le centrisme paraît bien correspondre à un comportement, à un tempérament politique, refusant la réaction aussi bien que la révolution et attaché à un réformisme conciliant la continuité et le changement. Idéologiquement, si la doctrine libérale reste sa référence essentielle, il se caractérise par le pragmatisme, voire l'opportunisme. Tout au plus certaines analyses de science politique font-elles apparaître l'importance de la « fonction centriste » au sein des systèmes politiques, en lui reconnaissant la capacité d'influer sur une possible alternance de la majorité au pouvoir par le jeu des coalitions. Contribuant ainsi à l'expression du pluralisme dans les démocraties libérales contemporaines, le centrisme n'est guère plus facile à cerner sur le plan proprement politique : les sensibilités centristes se partagent toujours en un « centre droit » et un « centre gauche ».

Le centrisme sous la Ve République

Le scrutin majoritaire à deux tours n'est pas favorable à la manifestation autonome du centrisme sur le plan parlementaire. Par surcroît, la coexistence des gaullistes et des centristes a toujours été complexe, et parfois conflictuelle. Lors de la première élection présidentielle au suffrage universel, en 1965, c'est un centriste, J. Lecanuet, qui contribua à la mise en ballottage du général de Gaulle, président sortant. En 1969, G. Pompidou fut élu président de la République aux dépens d'un centriste, A. Poher, alors président du Sénat. Inversement, V. Giscard d'Estaing accéda à la présidence malgré une forte désaffection des voix gaullistes, et son septennat fut marqué par la fronde ouverte de J. Chirac. Sous F. Mitterrand, la participation au gouvernement de plusieurs centristes fut de courte durée. Avec l'élection, puis la réélection de J. Chirac, le courant d'idées centriste se trouve à un tournant de son avenir politique. Composante indocile de la majorité présidentielle, l'UDF (dirigée par F. Bayrou depuis 1998) partage la même conviction européenne.