En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Xi-Xia

(Xixia, Xia occidentaux ; EFEO Si-hia)

Vaste unité politique regroupant un ensemble de populations hétérogènes (Tangut, Chinois Han, Turcs Ouïgours, Tibétains…), constituée dans la première moitié du xie siècle sur les marches du nord-ouest de l'empire chinois des Song par les Tangut, peuple d'éleveurs nomades et de caravaniers de langue tibéto-birmane, apparenté aux « Qiang » de l'époque des Tang.

Installés initialement dans le nord-ouest du Sichuan et le sud du Gansu, les Tangut passèrent, vers la fin du viiie siècle, sous la domination de l'empire tibétain ; après que ce dernier, sous la pression des Chinois, se vit contraint de se retirer, les Tangut se déplacèrent pour s'installer plus au nord, dans la région de Ningxia. Bientôt enrichis par le contrôle qu'ils exerçaient sur les routes des oasis par lesquelles transitaient les échanges commerciaux entre l'empire chinois et l'Asie centrale, les Tangut devinrent une puissance que les Tang, puis les Song se montrèrent soucieux de ménager. En 967, leur royaume était devenu une réalité politique telle que les Song honorèrent leur chef du titre de roi (wang).

Vers 1028, les Tangut étendirent leur domination sur le royaume ouïgour du Gansu et fondèrent un empire auquel ils donnèrent le vieux nom chinois de Xia, et dont la capitale fut établie à Ningxia (actuelle Yinchuan). Profondément sinisés, les Tangut formèrent alors depuis les régions de l'Ordos et de la Mongolie occidentale jusqu'au Shanxi, au Shenxi et au Gansu une sorte de troisième Chine, au nord-ouest de l'empire des Song et sur les frontières occidentales du royaume khitan des Liao.

En 1044, les Song furent contraints de signer une paix onéreuse avec le Xi-Xia. Maître de la route de la soie, celui-ci resta toutefois une source durable de menace pour l'Empire chinois qui ne put s'en défaire qu'en 1227, lorsque les Mongols de Gengis Khan (qui mourut quelques semaines après sa victoire) s'emparèrent de Ningxia et provoquèrent son effondrement, avant de se retourner eux-mêmes contre les Song.