En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

barrage des Trois-Gorges

Barrage des Trois-Gorges
Barrage des Trois-Gorges

Barrage de Chine, sur le Yangzi Jiang, en amont de Yichang (gorges Qutang, Wu et Xiling, province du Hubei).

Le projet et la construction

L'idée de construire un barrage sur le Yangzi Jiang (« fleuve Bleu ») remonte à 1919 et est due à Sun Yat-sen, qui considérait le site des Trois-Gorges comme l'endroit le plus adéquat pour barrer le fleuve afin d'en tirer de l'électricité et d'en contrôler les crues. Le Yangzi Jiang est le troisième fleuve du monde par sa puissance. Ses inondations souvent catastrophiques (140 000 morts en 1931, et 300 000  au total au cours du xxe s.) ont incité les pouvoirs publics à étudier la possibilité de réguler son cours. Le projet fut cependant abandonné jusqu'au début des années 1950, les conditions politiques et économiques le rendant alors inenvisageable.

Après l'arrivée des communistes au pouvoir, en 1949, et de nouvelles inondations catastrophiques en 1954, Mao Zedong relança l'idée ; le projet commença à prendre forme à partir de 1955 avec l'aide de techniciens soviétiques. Après diverses interruptions, dues notamment à la Révolution culturelle, l'élaboration du projet fut confiée à des experts canadiens et chinois. Le projet du barrage actuel fut adopté de justesse en avril 1992 par la VIe session du Congrès national populaire.

Le Yangzi Jiang fut tout d'abord détourné de son cours en 1993 au moyen d'une digue de 11 millions de m3, afin de construire le barrage au sec. Des infrastructures (port et aéroport) furent aménagées, ainsi que le barrage de Gezhouba, situé 40 km en aval du barrage des Trois-Gorges. Cet ouvrage, commencé en 1970 et terminé en 1998, avait pour but, outre la production d'électricité pour la province du Hubei, d'étudier en grandeur nature les conséquences de la construction d'un barrage sur le Yangzi Jiang ; d'une largeur de 2 606 m et d'une hauteur de 70 m, ce barrage-poids comporte deux centrales électriques (965 et 1 750 MW), un évacuateur de crues, et trois écluses.

Le barrage a été en partie financé par l'impôt, en partie par les revenus du barrage de Gezhouba, en partie par des emprunts à l'étranger, mais  la Banque mondiale a refusé de participer à son financement. La mise en eau du réservoir a commencé en avril 2003, et le barrage a été inauguré officiellement le 1er juin 2006, le niveau d'eau ne devant atteindre son maximum qu'en 2009.

L'aménagement final du site

Selon ses concepteurs, une fois rempli à sa capacité maximale, en 2009, le barrage des Trois-Gorges aura créé un lac de 580 km de long, profond de 172 m, qui s'étendra de Yichang, dans la province de Hubei, jusqu'aux abords de Chongqing. Il devrait alors produire 84,7 milliards de kWh, soit autant d'électricité que dix-huit centrales nucléaires (la puissance installée sera de 18 000 MW). On estime que le barrage permettra d'économiser 40 à 50 millions de tonnes de charbon, combustible principalement utilisé par la Chine pour ses centrales thermiques. Des cargos de 10 000 t pourront circuler sur le lac artificiel ainsi créé durant six mois par an, les autorités escomptant un développement agricole et industriel des abords du réservoir. En outre, il permettra de mieux contrôler les inondations du Yangzi Jiang, fleuve extrêmement capricieux dont le débit peut passer de 5 000 m3 à la seconde à 80 000 m3 au moment de la fonte des neiges.

Treize villes, 1 500 hameaux et villages auront disparu, submergés sous les eaux du fleuve lorsque le barrage sera complètement en eau, ainsi que plus d'une centaine de sites archéologiques (certaines sources avancent même le chiffre de 1 300 sites). Ainsi, environ 1,2 million de personnes auront été déplacées selon les autorités, au moins 2 millions selon d'autres sources. Les indemnités promises ont été très faibles et beaucoup de personnes déplacées, notamment vers l'Anhui et le Shandong,ont préféré revenir dans leur région d'origine, ce qui a provoqué divers heurts avec les forces de police.

Il est prévu que certains sites archéologiques ou monuments menacés soient protégés par une digue, tel Shibaozhai, pagode du xviiie s., à quelque 200 km à l'est de Fuling ; d'autres ont été déplacés ou démontés et remontés ailleurs, tel le temple de Zhang Fei, ensemble de bâtiments érigés sous la dynastie des Song (960-1279), près de Yunyang, qui a été démonté et sera remonté à 30 km de là, ou le temple de Qu Yuan (déjà déplacé en 1976 lors de l'édification du barrage de Gezhou, et qui sera transféré ailleurs). Baidicheng, un ensemble de temples, sera transformé en île. Les inscriptions de la gorge de Binshu-Baojian (en aval de Zigui) seront reproduites, ainsi que celles de Baiheliang, la « Crête de la grue blanche », bloc de calcaire naturel de 1 600 m de long sur 10 m de large sur lequel sont gravés depuis 1 000 ans plus de trente mille caractères – poèmes commémorant la visite de dignitaires, mais aussi commentaires sur les relevés annuels du niveau des eaux du fleuve.