En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

débarquement de Provence (15 août-17 septembre 1944)

Opération (nom de code « Anvil-Dragoon ») déclenchée par les Alliés sur les côtes de Provence le 15 août 1944, qui, combinée aux opérations en Normandie, aboutit à la libération d'une grande partie du territoire français.

Trois divisions allemandes défendaient la côte provençale entre Marseille et Menton. Le général Patch, commandant la VIIe armée américaine, chargé de l'opération, choisit de débarquer à l'est d'Hyères, entre le cap Nègre et Agay. Il dispose d'une division aéroportée, de commandos (dont le commando d'Afrique), de trois divisions américaines de 1er échelon et de l'armée B commandée par le général français de Lattre de Tassigny qui doit débarquer en 2e échelon (soit 7 divisions).

Le 15 août, après une intense préparation aérienne et navale et le largage de la division aéroportée autour du Muy, les trois divisions américaines débarquent dans la presqu'île de Saint-Tropez, à Sainte-Maxime et à Saint-Raphaël. Dans la soirée, deux têtes de pont sont établies depart et d'autre de l'Argens.

L'exploitation commence dès le 16 août. Draguignan est libérée et les Alliés débouchent des Maures et de l'Esterel le 17. De Lattre se rabat avec deux divisions sur Toulon tandis qu'il lance la Ie DB vers Aix-en-Provence. Les forces américaines pénètrent dans les Alpes.

Le 18, les Allemands évacuent le Sud-Est, à l'exception des garnisons de Toulon et de Marseille. Ces deux villes seront définitivement libérées le 28 août, tandis que Grenoble le 22 et Valence le 23 le sont par les forces américaines aidées par la Résistance. Lyon est libérée le 3 septembre par l'action conjuguée des Forces françaises de l'intérieur (FFI) et des unités franco-américaines.

La jonction, le 12 septembre, près de Châtillon-sur-Seine, avec des unités débarquées en Normandie et la constitution, le 15, aux ordres du général américain Eisenhower, du 6e groupe d'armées (VIIe armée Patch et Ie armée de Lattre de Tassigny) marquent une nouvelle phase des opérations en France.

Pour en savoir plus, voir l'article Seconde Guerre mondiale.