En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

monastère de Novodievitchi Novodievitchi monastyr

« Nouveau Couvent des jeunes filles »

Couvent de religieuses fondé en 1524 par le grand-prince de Moscou Vassili III pour célébrer la reconquête de Smolensk sur les Polonais.

Protégé par une épaisse muraille crénelée et douze tours de guet, Novodievitchi, à la fois couvent et forteresse, a joué un rôle important dans l'histoire de Moscou. En 1591, ses canons mirent en déroute les Tatars de Crimée ; c'est dans la cathédrale du monastère que Boris Godounov fut proclamé tsar, en 1598 ; en 1612, les armées du prince Dimitri Pojarski défirent à cet endroit l'hetman de Lituanie, allié des Polonais. Pierre le Grand y fit enfermer son épouse, la tsarine Eudoxie Lopoukhina, après sa répudiation ; c'est là qu'il fit également reclure pendant quinze ans sa demi-sur, la princesse Sofia, après avoir fait pendre devant ses fenêtres les streltsy avec qui elle avait fomenté un complot (1689). En 1812, lors de la campagne de Russie, le monastère servit de dépôt de vivres pour la Grande Armée de Napoléon.

L'ensemble des bâtiments est édifié dans le style baroque moscovite avec une profusion d'éléments décoratifs en pierre blanche sur fond de murs en briques rouges.

Outre les bâtiments monastiques, l'ensemble comprend quatre églises, dont la collégiale Notre-Dame-de-Smolensk (Soborny khram Smolenskoï Bogeï Matieri) : la sobriété de l'extérieur du bâtiment, édifié vers 1550, contraste avec la luxuriante décoration intérieure : murs intérieurs entièrement recouverts de fresques (xvie s.) représentant des épisodes de l'Ancien et du Nouveau Testament. Le clocher (72 m), superbe exemple de baroque élevé en 6 registres octogonaux, rivalise en hauteur avec le clocher d'Ivan-le-Grand (Ivan Veliki) du Kremlin.

L'ensemble monastique comprend également un cimetière où étaient traditionnellement inhumés les représentants de l'aristocratie religieuse et féodale de Moscou, puis, à partir du xixe siècle, les grands artistes et écrivains russes : cette sorte de Panthéon moscovite abrite ainsi les tombes des écrivains Nikolaï Gogol, Anton Tchekhov, Vladimir Maïakovski, du metteur en scène de théâtre Constantin Stanislavski, des compositeurs Sergueï Prokofiev et Aleksandr Scriabine, du cinéaste S.M. Eisenstein,… Le cimetière conserve aussi la tombe de Nikita Khrouchtchev.