En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Neptune

Dieu romain de la Mer, identifié au dieu grec Poséidon.

Primitivement dieu de toutes les eaux, il fut le protecteur des pêcheurs et des bateliers. Sa fête (neptunalia) était célébrée le 23 juillet, en pleine période de chaleur.

Iconographie

Le Neptune latin ne diffère pas du type grec de Poséidon, homme barbu tenant le trident, sur un char traîné par des chevaux marins et escorté par des Tritons. Parmi les œuvres romaines, citons les statues de Naples, Rome (Vatican), Dresde, Madrid, Paris, le fronton étrusque du temple de Luna (Florence), le bas-relief des Noces de Neptune et d'Amphitrite (Munich), qui provient du temple de Neptune à Rome (115 apr. J.-C.), des fresques de Pompéi, des mosaïques du Louvre (l'une provient de Constantine) et de Pompéi.

Dans la sculpture moderne, le type a été repris par Giambologna (fontaine à Bologne), Ammannati (fontaine de la place della Signoria, Florence), Sansovino (palais des Doges, Venise), Coyzevox (groupe commandé pour Marly), L. S. Adam (Neptune et Amphitrite, groupe du bassin de Neptune, Versailles). Le Triomphe de Neptune a été peint par Poussin (Philadelphie), Le Brun (Louvre, galerie d'Apollon), Van Diepenbeek (Dresde) ; Neptune et Amphitrite, par Titien (Blenheim), Carrache (voûte de la galerie Farnèse, Rome), G. Seghers (Brunswick), Gossart (Berlin), G. De Lairesse (Vienne, Autriche), Rubens (Berlin), Restout (palais Soubise, Paris) ; Neptune et Mars, par Véronèse (Venise); Neptune délivrant Amymônê des poursuites d'un satyre, par N. N. Coypel (Compiègne) et Boucher (Grand Trianon) ; Neptune menaçant les vents, la scène du Quos ego, d'après Virgile, par Janssens (Würzburg), Rubens (Dresde), S. Rosa (Toulouse), Rottmayr (Salzbourg), J.-B. Pierre (hôtel de Rohan, Paris) ; la Dispute de Neptune et de Minerve, par Jordaens (Florence) et N. Hallé (Louvre).