En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

bataille de la Little Bighorn

La Little Bighorn est une rivière du nord des États-Unis (Wyoming et Montana), tributaire de la Yellowstone River.

Sur ses rives, les 25 et 26 juin 1876, une bataille opposa le 7e régiment de cavalerie américain, sous les ordres du général Custer, et des guerriers sioux et cheyennes ayant à leur tête les chefs Tatanka Iyotake (Sitting Bull, ou Taureau Assis), de la tribu des Sioux Tétons Hunkpapas, Tashunca-Uitko (Crazy Horse, ou Cheval Fou), des Sioux Oglalas, et le chef cheyenne Two Moons (Deux-Lunes).

Le traité de Fort-Laramie (1868)

Les troupes américaines cherchaient à forcer les Indiens des Grandes Plaines à regagner les réserves qui leur avaient été assignées à la suite de divers traités ; celui de Fort-Laramie, signé en 1868, prévoyait le regroupement des Sioux dans des réserves, reconnaissait leur droit de chasser sur leurs terrains ancestraux, et stipulait enfin qu'« aucune personne de race blanche ne doit être autorisée à s'approprier ou à occuper la moindre parcelle [des Black Hills], ni à [les] traverser sans le consentement des Indiens ». Or, en 1874, l'annonce, par le général Custer, de la découverte d'or dans les Black Hills amena une vague de colons sur ces terres sacrées, théoriquement réservées aux Sioux. En février 1876, la résistance de ces derniers amena le général Sheridan à préparer une campagne afin de les cantonner dans leurs réserves, selon une interprétation restrictive du traité de 1868.

La défaite de Custer

En juin 1876, trois colonnes se dirigèrent vers la rivière Yellowstone et les Black Hills, situées aux confins du Dakota et du Wyoming ; la première de ces colonnes descendait depuis le Montana sous les ordres du colonel Gibbon ; la deuxième venait du Dakota sous les ordres du général Terry et incluait les troupes du général Custer ; la troisième, commandée par le général Crook, s'avançait depuis le Wyoming, et fut défaite par Crazy Horse le 17 juin. Le général Terry, espérant surprendre les Sioux dans la vallée de la rivière Little Bighorn, y envoya le colonel Gibbon ; Custer devait s'y rendre par une autre voie, et reçut l'ordre de ne pas marcher trop vite afin de laisser le temps à Gibbon d'atteindre la Little Bighorn.

Custer fut repéré par les Sioux le 24 juin, et prit le parti d'attaquer sans attendre les renforts. Il divisa ses forces en quatre groupes et donna l'ordre au capitaine Reno d'attaquer au centre. Se rendant compte de l'importance des forces indiennes, Custer tenta alors de regrouper ses compagnies ; mais sa manœuvre échoua et il fut bientôt encerclé, tandis que Reno repassait la rivière, où il fut rejoint par les deux groupes qui n'avaient pas encore été engagés. Reno refusa dans un premier temps de porter secours à Custer, et quand il s'y résolut, ses troupes furent attaquées et durent se réfugier sur des escarpements où elles furent encerclées. Tous les hommes du groupe de Custer périrent, ainsi qu'une grande partie de ceux des autres groupes. À la nouvelle de l'arrivée des renforts, Sioux et Cheyennes quittèrent les lieux le 26 juin.

La campagne de 1875-1876 se termina cependant par la victoire des troupes américaines. Reno, qui avait survécu, fut jugé pour lâcheté et acquitté ; Crazy Horse, pourchassé jusqu'en 1877, finit par se rendre et fut assassiné ; Sitting Bull trouva refuge au Canada.