En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

monastère de Gherart

Site historique d'Arménie inscrit en l'an 2000 sur la Liste du patrimoine culturel mondial de l'Unesco.

Le monastère de Gherart est situé dans la Haute vallée de l'Azat, à une quarantaine de kilomètres au sud-est de la capitale Erevan, dans la région montagneuse de Kotaik et à proximité de la ville de Garni. Émaillant le paysage sublime de la haute vallée de la rivière Azat, les églises et les tombes troglodytiques constituent un précieux témoignage de l'architecture monastique médiévale arménienne. La légende veut que Gherart ait été bâti à l'endroit même où aurait été retrouvée la lance ayant percé le flanc du Christ sur la Croix. Cependant, les historiens insistent plutôt sur la présence, dans l'une des nombreuses grottes voisines, d'une source sacrée, lieu de culte depuis l'époque néolithique.

Le complexe monastique fut aménagé entre les xiie et xiiie siècles, sur les vestiges d'un bâtiment plus ancien (viie-xe s.). Remarquablement bien conservé, il s'abrite derrière un mur d'enceinte, aux tours d'angle, qui s'adosse à la falaise escarpée, laquelle encadre étroitement le lit de la rivière. Étagées, les annexes du monastère (chapelles, tombes, cellules…) sont regroupées à l'intérieur de l'enceinte, à l'exception toutefois de la chapelle Saint-Astvadzadzin, datant probablement du début du xiie siècle.

Surnommé « le monastère aux sept églises et aux quarante autels », Gherart s'articule autour d'une église principale bâtie en 1215, de plan rectangulaire, dotée de pilastres et de demi-colonnes. Les chapelles, qui communiquent entre elles et disposent d'une acoustique étonnante, suivent ce plan. Parmi celles-ci se distingue la chapelle de Saint-Grégoire l'Illuminateur, la plus ancienne structure du groupe (construction attestée avant 1177) dont les murs intérieurs sont couverts de fresques aux coloris sombres. Enfin, des tombes et des sépultures familiales creusées à même la roche complètent ce site original, qui donna en son temps le coup d'envoi à la construction dans toute l'Arménie de nombreux monastères du même type.