En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

école de Fontainebleau

Germain Pilon, les Trois Grâces
Germain Pilon, les Trois Grâces

Ensemble d'artistes actifs en France au xvie siècle.

La première école a été animée par les Italiens que François Ier fit venir à partir de 1530 pour décorer le château de Fontainebleau. Trois des artistes appelés par le roi de France furent les chefs de file de cette équipe internationale dont la production appartient au maniérisme.

Venu dès 1530, après une brillante carrière florentine, le Rosso inaugura dans la petite galerie l'alternance caractéristique des fresques et des ornements de stuc (modelés sous sa direction) ; son style est puissant et tendu.

Francesco Primaticcio, dit le Primatice, arriva en 1531, après avoir secondé Jules Romain dans la décoration du palais du Te à Mantoue, premier grand chantier du maniérisme européen. Ses figures allongées, aux contours sinueux et aux couleurs claires, sont d'une élégance qu'on peut apprécier dans la chambre de la duchesse d'Étampes (aux stucs modelés sur ses dessins et dans le même esprit) et dans la salle de bal, à défaut de la galerie d'Ulysse.

À partir de 1552, il eut pour principal collaborateur Nicolo Dell'Abate (vers 1506 ou 1512-1571), peintre à la personnalité accusée, comme le prouve son goût pour les effets de touche, de lumière et de couleur La Continence de Scipion au Louvre, lui est attribuée ; ses dessins vibrent de toute la grâce bellifontaine (Cérès et les dieux, musée Pincé, Angers).

Dans la cohorte des aides italiens, français et flamands, on peut citer Luca Penni (vers 1500 ou 1504-1556), Léonard Thiry (vers 1500-1550), Geoffroy Dumonstier (actif entre 1535 et 1547), le sculpteur Dominique Florentin (vers 1506-après 1565)…

Il est difficile aujourd'hui de retrouver des œuvres certaines de ces artistes ; en outre, on ignore la paternité de certains tableaux qu'inspire l'esthétique précieuse de l'école : plusieurs Dames à la toilette rapprochées de François Clouet, une Diane chasseresse (Louvre), une Flore (collection italienne), etc.

Les artistes de Fontainebleau n'ont pas limité leur activité au château royal. Un Antoine Caron (1521-1599), mentionné à Fontainebleau entre 1540 et 1551, vint s'établir à Paris. En province, des ensembles décoratifs tels que les fresques d'Ancy-le-Franc (Yonne) relèvent du style bellifontain. Celui-ci a été largement diffusé par les graveurs du temps, Antonio Fantuzzi (actif de 1537 à 1550), René Boyvin (vers 1525-1625 ou 1630), Etienne Delaune (1519-1583), le maître L. D. (actif de 1540 à 1556).

La « seconde école de Fontainebleau » rassemble les peintres officiels du règne d'Henri IV (1589-1610). Les plus notables sont Ambroise Bosschaert, dit Dubois, originaire d'Anvers, qui fit prévaloir l'influence du maniérisme flamand ; Toussaint Du Breuil, au style brillant et éclectique ; Martin Fréminet, auteur des fresques de la chapelle de la Trinité, d'un art tendu et tumultueux. Le champ d'activité de cette seconde école a, lui aussi, largement débordé le cadre de Fontainebleau ; sa part était grande dans la décoration du Louvre et de Saint-Germain-en-Laye.